Le 1er février 2024, Éliane TEVAHITUA, Vice-présidente, ministre de la Culture, de l’Environnement, du Foncier et de l’Artisanat, en charge des Relations avec les Institutions, a échangé avec les représentants de l’Établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC) « Vanille de Tahiti », Laïza VONGEY, directrice de l’établissement et Sandra LEPERS, responsable du laboratoire de Ra’iātea. La Vice-présidente était accompagnée d’Alexandre VERHOEST, directeur de la Direction de l’environnement (DIREN), et de Christophe BROCHERIEUX, chargé d’affaires.

L’EPIC « Vanille de Tahiti » a été créé par la délibération n°2003-068/APF du 25 mai 2003. L’établissement a vocation à intervenir dans les secteurs de la production, de la recherche-développement, de la transformation, du contrôle de la qualité, de la commercialisation et de la promotion de la vanille produite en Polynésie française. Dans ce cadre, il peut mener toute opération pouvant se rattacher directement ou indirectement à l’objet ou susceptible d’en favoriser l’exploitation, le développement ou la promotion. L’EPIC « Vanille de Tahiti » recherche justement à être plus visible auprès du grand public, notamment par la recherche de nouveaux locaux et la création d’une boutique.

Le Tiare ‘Apetahi est une espèce emblématique qui compte plusieurs variétés endémiques. C’est un symbole du fenua et de sa biodiversité, pourtant menacée par la déforestation, les activités humaines et le changement climatique. Un projet de collaboration entre la DIREN et l’EPIC « Vanille de Tahiti » vise à tenter de produire des “vitro plants” du Tiare ‘Apetahi, dans les laboratoires de micro-propagation de l’EPIC à Ra’iātea. De nombreux tests s’avèrent nécessaires, mais l’utilisation de ce processus permet d’espérer de sauver cette plante emblématique, d’autant plus que des collaborations internationales sont aussi envisageables.