Signature de convention entre le Pays et Air Tahiti

2020-11-24T11:04:07+00:0024 novembre 2020|

Le Président, Edouard Fritch, et le directeur général de la compagnie Air Tahiti, Manate Vivish, ont signé une convention, lundi après-midi, à la Présidence.

Celle-ci concrétise l’octroi d’une subvention de 450 millions Fcfp pour garantir le désenclavement des populations de 26 destinations. Ces destinations sont les suivantes: Maupiti pour les îles Sous-le-Vent, Ua Pou et Ua Huka pour les Marquises, Takapoto, Takaroa, Aratika, Kauehi, Katiu, Niau, Kaukura, Hikueru et Apataki pour les Tuamotu Nord, Anaa, Faaite, Napuka, Puka Puka, Fakahina, Fangatau, Tatakoto, Pukarua, Reao, Raroia, Takume, Tureia, Nukutavake et Vaitahi pour les Tuamotu Est.

La pandémie de la Covid-19 et les conséquences économiques provoquées par la suspension puis la réduction des dessertes internationales ont fortement dégradé la situation financière de la compagnie Air Tahiti.

Dans ce contexte, un certain nombre de décisions avaient été prises par la direction générale de la compagnie, parmi lesquelles l’arrêt de la desserte de 26 destinations en déficit structurel d’exploitation.

Cette dernière décision ne pouvait laisser les autorités du Pays indifférentes. En effet, le Pays ne pouvait accepter que la décision d’une société privée enclave les archipels polynésiens, et les prive d’accès aux services publics de transport, de formation, de santé et de communication qui constituent le principe fondamental de la continuité territoriale.

C’est donc dans ce cadre qu’une convention a été signée le 1er juillet entre le Pays et la compagnie aérienne portant notamment sur les points suivants :

  • la reprise des vols sur tout le réseau de tous les archipels selon un programme de vols établi conjointement sur les destinations déficitaires à compter du mois de juillet ;
  • l’engagement du versement par le Pays d’une aide financière de 450 millions Fcfp permettant la reprise immédiate des dessertes déficitaires pour le reste de l’année en cours ;
  • la fixation par le Pays du programme de vols, de l’itinérance ainsi que des fréquences ;
  • la fixation par le Pays des tarifs après consultation de l’opérateur, et ce, afin de mener une politique de baisse des prix des billets sur ces destinations.

Les parties signataires se félicitent de cet accord pour préserver le principe de continuité territoriale par voie aérienne des populations de ces 26 îles et ce afin de satisfaire leur besoin de mobilité interinsulaire.

//