Réunion de l’Observatoire du Tourisme

2020-10-30T17:41:46+00:0030 octobre 2020|

La ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, a réuni, l’observatoire du tourisme, en visioconférence, à la Présidence. Participaient notamment à cette réunion désormais mensuelle, Maïlee Faugerat, présidente du conseil d’administration de Tahiti Tourisme, le directeur général du groupement, Jean-Marc Mocellin, le chef du service du tourisme, Bruno Jordan et Warren Dexter, le garant-médiateur de l’élaboration de la future feuille de route du tourisme polynésien Fari’ira’a Manihini 2025.

Point sur la situation sanitaire

Créé en 2016, l’Observatoire du Tourisme, qui est un espace d’échanges et de concertation ainsi qu’un outil de copilotage de la stratégie de développement touristique de la Polynésie française, a été l’occasion de dresser un bilan de l’évolution de la situation sanitaire en Polynésie française en premier lieu sur les îles de Tahiti et Moorea qui sont passées il y a quelques semaines en niveau 4. Dans les autres îles, le nombre de cas reste limité et circonscrit, sans circulation communautaire identifiée.

La ministre du Tourisme a rappelé l’efficacité du protocole sanitaire d’entrée en Polynésie française consistant en un test RT-PCR négatif dans les 3 jours précédant le vol, l’enregistrement sur la plateforme ETIS et un auto test réalisé à J+4 par tous les arrivants.

Le total cumulé d’auto-prélèvements testés par RT-PCR à l’ILM (Institut Louis Malardé) depuis le 15 juillet 2020 dans le cadre du dispositif de dépistage des voyageurs à l’arrivée est de 32 300, dont 122 cas positifs (soit un taux de positivité de 0,38 %) dont 78 touristes, soit 0,24 % des voyageurs entrants. Aucun des touristes détectés positifs au COVID n’a été à l’origine de contamination locale. Ces visiteurs sont immédiatement mis en isolement à leur frais, soit dans leur hébergement touristique, soit dans un logement dédié. Le ministère du Tourisme, en étroite collaboration avec le bureau de veille sanitaire, assure l’accompagnement de ces personnes jusqu’à leur sortie d’isolement.

Evolution du dispositif d’entrée des voyageurs

La ministre du Tourisme a également évoqué l’évolution du dispositif d’entrée des voyageurs. Dans sa séance du mercredi 28 octobre, le Conseil des ministres a fait évoluer les conditions d’entrée des voyageurs arrivants (Arrêté n°1689 du Conseil des ministres du 28 octobre 2020 portant modification de l’arrêté n° 525 du Conseil des ministres du 13 mai 2020 portant mesures d’entrée et de surveillance sanitaire des arrivants en Polynésie française dans le cadre de la lutte contre la covid-19). Désormais, le passager qui n’aura pas obtenu le résultat de son test RT-PCR avant le départ, pourra réaliser un test antigénique le jour de son départ. Il devra présenter à l’enregistrement une attestation de réalisation du test RT-PCR, associée au résultat négatif à un test antigénique. Par ailleurs, arrivé en Polynésie, le passager devra lorsqu’il recevra le résultat de son test RT-PCR, si ce dernier est positif, se mettre en relation avec les autorités sanitaires polynésiennes. Par ailleurs, l’obligation de test avant départ s’applique désormais à toutes personnes âgées d’au moins 11 ans, au lieu de 6 ans précédemment.

Il est toujours fortement recommandé aux voyageurs de limiter au maximum les interactions sociales après le test RT-PCR effectué 3 jours avant le départ et dans l’attente des résultats de l’autotest réalisé 4 jours après leur entrée sur le territoire.

Bilan à 3 mois de la reprise du tourisme international

Le second point présenté aux représentants du tourisme polynésien concerne le bilan à 3 mois de la reprise du tourisme international. Depuis le 15 juillet dernier, la Polynésie a accueilli plus de 35 000 voyageurs tant résidents (21%) que touristes (79%). Les non-résidents proviennent pour 54% de la France (15 000), 36% des Etats-Unis (10 000) et 10% d’autres pays (2 800). Ainsi, à fin octobre 2020, la fréquentation touristique affiche une baisse de 60% par rapport à 2019.

La réouverture des frontières a permis de sauver en partie la haute saison. Par contre, octobre amorce une basse saison qui sera particulièrement basse et difficile au vu de la situation sanitaire mondiale, des restrictions de voyage dans de nombreux pays, de la fermeture des frontières de nombreux pays sans perspective de réouverture avant la fin du 1er trimestre 2021. Concernant l’aérien, le trafic domestique est d’environ 60/65% par rapport à 2019, tandis que le trafic international se situe plutôt aux alentours de 30/35%.

Dans ce contexte où l’absence de visibilité est réelle, Tahiti Tourisme a complètement revu son plan d’actions notamment à l’international. Les budgets des marchés inaccessibles ont été réaffectés afin d’optimiser et de renforcer les actions en cours et de pouvoir en générer de nouvelles sur la fin de l’année 2020 et le début de l’année 2021. Sans abandonner les autres marchés, les Etats-Unis et le marché français ont été identifiés comme marchés prioritaires pour l’exercice à venir, représentant à eux seuls 90% de nos visiteurs depuis le 15 juillet.

De retour de Paris où ils étaient en mission avec le Président de la Polynésie du 1er au 10 octobre derniers, la ministre du Tourisme et le directeur général de Tahiti Tourisme ont dressé un bilan très positif de leurs rencontres tant avec les institutions françaises qu’avec les partenaires voyagistes et de l’aérien au niveau national. Ces derniers ont largement remercié la Polynésie pour sa politique touristique depuis la réouverture des frontières qui pour beaucoup leur a permis de maintenir leur activité.

Lancement grand public de Fari’ira Manihini 2025

Enfin, et pour conclure cette rencontre, un point d’étape des travaux d’élaboration de la feuille de route du tourisme polynésien à horizon 2025 a été présenté. Depuis le 21 octobre, Fari’ira’a Manihini 2025 (FM25) est entrée dans sa seconde phase avec le lancement de la consultation grand public. La présentation de la démarche a été faite auprès de l’Assemblée de Polynésie, du CESEC, de l’Université de Polynésie française, du lycée hôtelier. Elle doit se poursuivre auprès des communes, des partenaires sociaux. La plateforme FM25 est accessible sur le site www.fm25.pf . Dix-huit chantiers collaboratifs portant sur différents secteurs touristiques ont été créés depuis son ouverture au grand public. La participation aux chantiers, de même que la création de nouveaux chantiers, sont attendues durant cette phase qui devrait se clôturer fin décembre 2020.

 

//