Mercredi 29 novembre 2023, s’est tenu, en présence de Taivini TEAI, ministre de l’Agriculture et des Ressources Marines, en charge de l’Alimentation et de la Recherche, le 4ème et dernier regroupement des fermes de démonstration du réseau PROTÈGE en Polynésie française. Cet atelier de clôture avait pour objectif de dresser le bilan de ces 4 dernières années de travail au travers la présentation des principaux résultats atteints et leurs enseignements pour soutenir la transition agroécologique et le développement de l’agriculture biologique au Fenua.

Cet évènement, qui s’inscrit dans le cadre du programme PROTÈGE, financé par l’Union Européenne, a rassemblé plus de 45 personnes, toutes issues du secteur agricole ainsi que les partenaires institutionnels en appui technique (DAG, CAPL, SPG Bio Fetia, Lycée agricole, agriculteurs, IUCN, FAPE).

Il est à noter que de nombreux projets ont ainsi été mis en œuvre en collaboration avec la Direction de l’Agriculture, dont un réseau de sept (7) fermes de démonstration en agroécologie au Fenua, partie intégrante d’un réseau régional incluant également sept (7) fermes à Wallis & Futuna et treize (13) en Nouvelle-Calédonie. Afin d’assurer une représentativité de la diversité des contextes agricoles du territoire, deux (2) fermes sont situées à Tahiti, une (1) à Raiatea, deux (2) aux Marquises et deux (2) aux Tuamotu.

L’objectif de ce réseau est de démontrer et documenter les conditions de la transition agroécologique dans les différentes conditions et filières agricoles du Fenua. Afin d’identifier les forces et les faiblesses de chacune des fermes sur leur trajectoire agroécologique, un diagnostic a été réalisé en 2020, au moyen de la méthode TAPE élaborée par l’organisation des Nations Unies pour l’Agriculture et l’Alimentation (FAO).

Sur cette base, la Direction de l’Agriculture en concertation avec chacun des agriculteurs, a conduit un programme de transition comprenant : expérimentations, investissements innovants, formations, accompagnement technique. Les fonds européens ont également permis l’organisation de plusieurs échanges à l’échelle locale et régionale lors de rassemblements des membres de ce réseau.

Ces temps de partage ont démontré l’importance des échanges entre pairs pour la transmission des savoirs et l’échange de bonnes pratiques. Les résultats techniques ont été présentés de concert par la Direction de l’Agriculture et chacun des agriculteurs. La présence de M. Dario LUCANTONI de la FAO a permis une mise en perspective mondiale des résultats obtenus localement dans les enjeux de la transition agroécologique. Il a, à cette occasion, salué l’engagement significatif de la Polynésie française sur cette trajectoire, notamment au travers du Recensement Général Agricole en cours.

Ce recensement représente une première mondiale en intégrant tout un volet de questions permettant de caractériser le niveau de transition agroécologique de chaque exploitation en fonction d’un territoire donné.

Des ateliers de réflexion ont été également conduits afin de tirer les enseignements des 4 années passes du réseau et d’élaborer des recommandations pour la poursuite de la dynamique post-PROTÈGE. La contribution des réseaux d’agriculteurs comme accélérateur de la transition pour renforcer la résilience au changement climatique de l’agriculture polynésienne a notamment fait l’objet d’un éclairage particulier.

L’importance de la coopération locale, régionale et internationale comme celle mise en œuvre via PROTÈGE a été également discutée pour identifier les partenariats à consolider.

Le Ministre Taivini TEAI a finalement clôturé l’atelier en exposant les priorités du gouvernement et les projets à venir en soutien à l’agroécologie, à l’heure où le projet PROTÈGE touche à sa fin.