Rapport d’orientation budgétaire: discours du Président Edouard Fritch

2021-10-21T11:14:47+00:0021 octobre 2021|

Lors de la troisième séance de la session budgétaire, jeudi matin, à l’Assemblée de la Polynésie française, le Président, Edouard Fritch, a prononcé un discours dans lequel il a présenté le rapport d’orientation budgétaire.

Le Président a tout d’abord fait un point sur l’environnement dans lequel évolue le Pays. « En considérant les actions publiques de soutien à la croissance, nous pouvons espérer une consolidation de la reprise en 2022, avec une augmentation prévisionnelle du PIB de 2 à 3%. » a déclaré le Président. Cette projection repose sur deux facteurs. Le premier est le soutien massif à l’économie, qui est la résultante d’un partenariat fort et coordonné entre l’Etat et la Polynésie française. Le second facteur concerne la capacité de résilience, d’agilité et d’adaptabilité de l’économie polynésienne. « Pour que 2022 soit l’année du retour à une vie normale, préalable indispensable à un retour à la croissance économique, il nous faut quelques ingrédients simples : de la confiance dans l’avenir, de la persévérance dans nos efforts, et de l’ingéniosité collective. » a poursuivi le Président.

Le Président a également évoqué le budget de l’année 2021. Les collectifs budgétaires ont permis de financer les actions du Plan de relance à hauteur de 12,3 milliards Fcfp avec une couverture des frais liés à la gestion de la crise sanitaire pour un montant d’environ 3,6 milliards Fcfp. En matière d’investissement, 2020 a été une année record avec plus de 45,3 milliards Fcfp de dépenses hors remboursement de la dette. « Ceci traduit que les projets sont lancés et que les investissements du Pays avancent. » a précisé le Président.

Pour les orientations budgétaires de 2022, l’action du gouvernement en 2022 sera prioritairement orientée autour de trois axes : la relance de l’économie et de l’emploi, asseoir la résilience, et préserver la cohésion sociale.

Relance de l’économie et de l’emploi

La crise sanitaire de la Covid-19 a fortement ébranlé le tissu économique et social. Afin de renouer rapidement avec la croissance et l’emploi, le gouvernement a défini un plan de relance triennal 2021-2023, avec les 73 actions inscrites pour un total de 70 milliards Fcfp. Le Pays va prioriser les actions à impacts rapides sur le tissu économique. En ce sens, les programmations 2022 des principaux outils financiers donneront la primauté aux projets entrants dans le champ de la relance économique.

Le soutien et le développement de l’économie passent immanquablement par la valorisation du foncier comme un outil de développement et d’aménagement du territoire et également par la stimulation du tissu des entreprises par la commande publique, a indiqué le Président dans son discours.  « L’effort de relance par la commande publique passe également par les communes, porteuses de nombreux projets structurants et de proximité. Dans cette perspective, le Pays renforcera en 2022 sa politique d’accompagnement des communes. », a ajouté le Président.

Il est en outre impératif d’adopter une politique de l’emploi plus stimulante en termes de développement de l’emploi durable et de l’insertion professionnelle, dans le respect de la promotion et la protection de l’emploi local, et dans le cadre d’une règlementation du travail modernisée. « Il nous faut donner une nouvelle dimension à la politique de l’emploi. L’année 2022 sera donc consacrée à rendre pérenne le développement de l’emploi. », a souligné le Président.

Il sera également nécessaire de suivre de très près l’évolution des prix car le pouvoir d’achat des salariés sera nécessairement affecté par ces évolutions. « Je proposerai une révision à la hausse du SMIG dans le courant du premier trimestre 2022. » a déclaré le Président. L’accent sera également porté sur la formation professionnelle avec l’amélioration de l’employabilité, avec également des formations aux métiers du secteur primaire.

La résilience

Le second axe stratégique concerne la résilience. « Notre population en a fait preuve depuis le début de la crise sanitaire. Nous devons donc la conforter. » a souligné le Président.

Au titre de l’économie bleue, le Pays poursuivra son accompagnement du secteur dans un but de création de richesse et d’emplois, de sécurité alimentaire, de réduction de la dépendance aux importations, et de diversification alimentaire. « Enfin, la transition énergétique de notre territoire est devenue une nécessité absolue. A terme, elle nous protègera contre les variations des cours internationaux des hydrocarbures tout en améliorant la qualité de notre air et, partant, la préservation de nos écosystèmes. » a aussi ajouté le Président.

Préserver la cohésion sociale

Le dernier axe, relatif à la préservation de la cohésion sociale, doit conduire la Polynésie française à plus de solidarité et d’équité en luttant ensemble contre toutes les formes d’inégalités et de fléaux de la société tout en agissant plus activement en amont par des mesures de prévention des situations à risques pour le bien de la population en particulier celle qui est plus vulnérable. Le Président a ainsi fait un point sur la lutte contre l’obésité en Polynésie française, la lutte contre la délinquance et la lutte contre les violences intra-familiales.

Le Président a conclu en précisant que pour mener cette politique engagée et ambitieuse, le budget 2022 sera plus conséquent que celui de 2021, soit une augmentation de plus de 10 milliards Fcfp des recettes de fonctionnement. Ceci d’une part, par le prélèvement sur le PGE n°2 et, d’autre part, par l’augmentation des recettes fiscales de 4%.

 

discours du président

 

Note – emploi

 

//