S’il y a bien une chose que l’on retiendra de la 14e édition du festival des arts et culture marquisien, c’est la présence de l’esprit de “mama Yvonne”, Yvonne TEKUATAOA KATUPA.

Après avoir assisté à l’hommage improvisé, rendu la veille, à Yvonne TEKUATAOA KATUPA par les délégations marquisiennes participant au Matava’a, durant lequel, Moetai BROTHERSON, Président de la Polynésie française, a annoncé qu’un timbre à son effigie sera édité pour la journée du 8 mars 2024, célébrant la journée de la femme, Éliane TEVAHITUA, Vice-présidente, ministre de la Culture, de l’Enseignement supérieur, de l’Environnement, du Foncier et de l’Artisanat, en charge des Relations avec les Institutions, Minarii GALENON, ministre des Solidarités et du Logement, en charge de l’Aménagement, de la Famille, de la Condition féminine et des personnes non autonomes, et Steve CHAILLOUX,  député de la 2e circonscription de Polynésie française, se sont rendus sur le Tahua Kamuihei à Hatiheu.

Sur place, la délégation a pu apprécier la prestation de l’ensemble des troupes de danse, représentatives des îles marquises. Avant le début de la performance des danseuses et danseurs, une minute de silence a été observée en l’honneur de Yvonne TEKUATAOA KATUPA. L’occasion d’un rappel, celui de la rénovation du site. Elle est le fruit du travail mené sous la direction de Pierre OTTINO. Avec le concours d’archéologues, le Tahua Kamuihei a été reconstitué à l’identique selon des indications précises.

Chacune des pierres a été positionnée de telle sorte qu’elles soient posées l’une en face de l’autre, à l’image de visages se faisant face. Ce lieu a ainsi valeur de lien, de transmission. La tradition voulait en effet, que les hommes sillonnent les mers du Sud en quête des plus beaux trésors. Ce butin servant de monnaie d’échange aux îles Cook contre ce qui représentait le plus important de tous les joyaux : les plumes rouges du Vini Ku’a. Aux yeux des marquisiens, ces plumes sont le symbole du filet de lumière rouge, de l’astre solaire apparaissant et disparaissant à l’horizon. Ce trait de feu rougeoyant était l’expression de la couleur du sang, ce précieux fluide associé au monde intérieur de chaque être : te pō, autrement dit le sacré. Ainsi, à chacun de leur départ, les compagnes couronnaient leur époux en signe de fidélité à leur terre afin qu’ils reviennent avec succès au terme des deux années que durait ce périple.

Ce lundi de 18 décembre 2023, les groupes de danse ont, tour à tour, exécuté leur chorégraphie sous le regard conquis du public, parmi lequel des spectateurs natifs de l’île, touristes, visiteurs réguliers et amateurs du Matava’a.

Chant de création de la généalogie du monde, mémoire, lignée royale, une performance résumant tout le travail mené par Yvonne en cette phrase : “Que perdure notre culture ici à Kamuihei.”

La cérémonie du Kava de Nuku Hiva a clôturé ce rendez-vous.