Non à la dérèglementation des PPN

2019-04-03T16:32:31+00:003 avril 2019|

Le gouvernement a pris acte de l’avis de l’Autorité Polynésienne de la concurrence (APC) qui préconise la suppression des produits de première nécessité (PPN).

Cet avis n’est absolument pas partagé par le gouvernement qui se déclare totalement opposé à une telle hypothèse qui ne prend nullement en compte la réalité quotidienne des populations les moins favorisées, et encore moins celle des habitants des îles.

Le raisonnement de l’APC selon lequel la dérèglementation des prix pourrait être favorable au consommateur n’est absolument pas étayé.  La sortie du régime des PPN implique que ces produits seraient soumis à la TVA et aux droits d’entrée, ce qui entraînerait évidemment une augmentation des prix à la consommation.

La méconnaissance des réalités de terrain de la part de l’APC est flagrante lorsqu’elle recommande que le transport vers les îles des produits qui seraient sortis des PPN soit assuré par la flottille administrative. Voilà donc une autorité de la concurrence qui  préconise un monopole public des transports qui remettra en cause la survie des compagnies privées ! Quelle cohérence ?

L’APC nous ressert également une étude ancienne qui fait état d’une augmentation de 81% du panier du consommateur métropolitain qui vient s’installer en Polynésie en conservant ses habitudes de consommation métropolitaine. Ce ne sont pas les habitudes de consommation des Polynésiens.

Le gouvernement n’a pas attendu que l’APC rende son avis pour agir en faveur d’une refonte des PPN, avec pragmatisme, et en fonction d’intérêts économiques et sanitaires et rappelle également que le taux d’inflation en Polynésie est quasiment nul, les prix étant maîtrisés.

Le gouvernement est en prise directe et quotidienne avec la population polynésienne et ne se contente pas d’avis pris par une élite déconnectée des réalités sociales du Pays.