Nantes : la chambre d’agriculture se distingue aux Floralies internationales

2019-05-09T11:09:59+00:009 mai 2019|

La Déléguée de la Polynésie française à Paris, Caroline Tang, a apporté son soutien, mardi et mercredi à Nantes, à Yvette Temauri, présidente de la chambre d’agriculture et de la pêche lagonaire (CAPL), venue, pour la première fois, avec son équipe, concourir aux Floralies internationales. En marge de cet événement mondial, la Déléguée de la Polynésie est allée à la rencontre des patients polynésiens et de leurs associations.

La CAPL est parvenue à recréer sur son stand, entièrement végétalisé, un exceptionnel univers polynésien, avec notamment un fare, une pirogue, des cocotiers mais aussi un marae. Christelle Morançais, présidente de la Région Pays de la Loire s’est longuement attardé sur l’espace polynésien où elle a été accueillie par la Présidente Yvette Temauri et la Déléguée de la Polynésie française. Inscrite dans la catégorie « plénitude », la CAPL a obtenu le deuxième prix. Une belle performance pour une première participation.

Caroline Tang a aussi tenu à féliciter les membres de l’association Heirautini de Nantes, présidée par Thierry Kesler, et qui ont présenté, dans une autre catégorie, un très beau stand. Ces deux belles réalisations polynésiennes sont encore visibles sur place, au parc exposition de la Beaujoire, jusqu’au 19 mai. Le visiteur découvrira des scènes ornementales élaborées par des professionnels et passionnés de toute la France et du monde entier. Prestigieuse manifestation florale, les Floralies Internationales ont lieu à Nantes, tous les 5 ans, depuis 1956.

Une rencontre avec les malades en attente de greffe du rein

Comme elle en a l’habitude lors de chacun de ses déplacements professionnels, la Déléguée de la Polynésie française a souhaité rencontrer les associations polynésiennes lors de son séjour à Nantes à l’occasion des Floralies internationales. L’occasion de voir quelles peuvent être les attentes de leurs membres et notamment des patients soumis à des traitements souvent lourds.

Jeudi matin, un petit déjeuner organisé par Thérèse Tevaatua, présidente de l’association Te Vai Ora Porinetia a permis de réunir des malades et leurs accompagnants sur le lieu de leur logement. Le Docteur Thierry Kesler, président de l’association Heirautini, s’est joint au groupe.

Le Centre Hospitalier Universitaire de Nantes est historiquement un centre national de transfusion de rein. Les patients polynésiens que la Déléguée de la Polynésie française a pu rencontrer ont évoqué leur quotidien et difficultés liées à des problèmes d’adaptation loin du Fenua mais aussi à la très longue attente d’une éventuelle greffe, qui peut prendre plusieurs années.

Une invitation à l’Aquarium de Paris et la Fête de la musique

Caroline Tang s’est ensuite rendue avec Thérèse Tevaatua dans un établissement de Santé centré sur l’activité de dialyse et de néphrologie où elle a pu échanger avec Blondine Bandineau, cadre de santé de l’association ECHO. Celle-ci a expliqué que le principal problème des patients polynésiens tenait au fait qu’ils doivent se soumettre à une dialyse de quatre à cinq heures tous les deux à trois jours. Cela ne facilite pas leur mobilité. Voyager, quitter Nantes n’est pas aisé. Des contraintes qui ont un impact sur leur moral. D’où l’importance des associations auxquelles Caroline Tang a souhaité rendre hommage.

La Déléguée de la Polynésie française a invité les patients à venir participer à la Fête de la musique organisée à la Délégation le 21 juin et leur a proposé une visite de l’exposition Océanie, le lendemain, à l’Aquarium de Paris. L’objectif étant de leur faire vivre des moments heureux et de rompre avec leur quotidien parfois difficile.