Le ministre des Grands travaux et de l’Équipement, en charge des Transports aériens, terrestres et maritimes, Jordy CHAN, a mobilisé les équipes de la direction de l’Équipement pour sécuriser la situation des habitants de la vallée de Mahaena durement touchés par les récentes intempéries. Depuis la levée de l’alerte samedi dernier, les agents de l’Équipement demeurent engagés sur de nombreux sites impactés par les inondations.

Comme annoncé par le ministre lors de sa visite à Mahaena le 8 décembre dernier, un passage à gué provisoire permettant d’acheminer eau et vivres aux 25 familles résidant sur le motu de la rivière, a été achevé le week-end dernier. Ce passage dans le lit de la rivière est uniquement accessible aux camions de la sécurité civile, adaptés pour le traverser et assurer l’approvisionnement des familles. En aucune manière, il ne peut être utilisé par des véhicules privés. La rivière reste dangereuse, son courant est toujours assez fort en raison des pluies qui continuent sur la côte Est de Tahiti.

Concernant la passerelle piétonne, les études ont été lancées pour cerner le projet et ses contraintes. Elle mesurera 1,50 mètre de large et sera opérationnelle fin février 2024, selon le calendrier prévisionnel établi par la direction de l’équipement. Durant la phase de construction, des travaux d’enrochement seront effectués pour consolider les berges fragilisées et réparer les rives bétonnées de la rivière endommagées par les crues. Les équipes procéderont ensuite à la coulée des culées sur lesquelles viendront se fixer les deux extrémités de la passerelle, ainsi que les accès piétons.

L’ensemble de l’opération est estimé à 50 millions de F CFP, dont une trentaine pour les enrochements et une vingtaine pour les fondations et la consolidation des berges.

Pour le reste, des travaux de curage ont été effectués après les crues, notamment pour résorber des îlots qui se sont formés dans le lit de la rivière, et ainsi améliorer la fluidité du courant.

D’autres opérations sont programmées pour libérer l’embouchure de la Tevaifaaara des limons, déchets végétaux et arbres arrachés qui s’y sont accumulés. Cette intervention ne sera possible que lorsque les pluies cesseront et que le lit de la rivière deviendra accessible aux engins, sans mettre en danger la sécurité des agents de la direction de l‘Équipement.