Le Président de la Polynésie française, Moetai BROTHERSON, en présence d’une partie des membres du gouvernement, du président de l’Assemblée de Polynésie française (APF), Tony GEROS, de la députée de la 3e circonscription de Polynésie française, Mereana REID-ARBELOT, du député de la 2e circonscription, Steve CHAILLOUX, du député de la 1re circonscription, Tematai LEGAYIC, de plusieurs membres de l’APF, du Commandant de compagnie de gendarmerie des îles sous-le-vent, Paul DUMONT SAINT-PRIEST et de l’ensemble des membres du Conseil municipal, a célébré les 40 ans de mandat du maire de la commune de Fa’a’ā, Oscar Manutahi TEMARU.

Les festivités ont démarré par un ‘Ōrero, des chants et danses interprétés par les élèves des différentes écoles de la commune. Ensuite le maire a prononcé un discours dans lequel il a exprimé son attachement à sa commune, à l’ensemble de ses agents et à ses administrés. Il a exprimé sa gratitude envers les femmes et les hommes qui le soutiennent depuis plus de 40 ans, en particulier son épouse, leurs enfants, ainsi que ses nombreux compagnons de route qui sont toujours restés fidèles et qui ont milité à ses côtés depuis la création du Front de Libération de la Polynésie (FLP) en 1977, qui deviendra en 1986, le Tāvini Huira’atira nō te Ao Mā’ohi.

 Le Président BROTHERSON a souligné dans son discours, son attachement à sa commune « d’adoption », dans laquelle il a exercé son tout premier mandat électif lors des élections municipales de 2014. Il a rappelé : « J’étais sur sa liste et nous avons été élus. Parce que tant qu’Oscar TEMARU se présentera aux élections à Fa’a’ā, il sera élu. Et pourquoi ? Parce que c’est un homme têtu. Ou plutôt, devrais-je dire, obstiné. Et c’est cette obstination qui fait que, 40 ans après, il est encore là, pour faire avancer la cause qui le fait se lever tous les jours et se coucher tard tous les soirs. L’accession de notre pays à sa pleine souveraineté. »

 En signe de reconnaissance et de respect envers le maire TEMARU, le Président a tenu à lui faire cadeau d’une rame sculptée. Il a expliqué : « Cette rame représente le pēperu que tu es dont le rapa prend la forme d’un oiseau. Après avoir été le pēperu de cette commune pendant tant d’années, tu continues de nous faire rêver. Cet oiseau, c’est le cap ! MANUTAHI. »

 Les élèves et l’ensemble des participants ont été invités à déguster des parts de gâteaux après le défilé de tous les agents communaux, qui a marqué la fin de cette célébration.