Jordy CHAN, ministre des Grands travaux et de l’Équipement, en charge des Transports aériens, terrestres et maritimes, était en visite sur les atolls de Rangiroa et de Tikehau du jeudi 07 au samedi 09 mars 2024.

Présent à l’occasion de la visite inaugurale de la piste de l’aérodrome de Rangiroa rénovée récemment, et pour la pose de la première pierre de l’infirmerie servant d’abri de survie à Tiputa, le ministre a parcouru l’ensemble des réalisations et des projets à venir sur ces deux îles des Tuamotu de l’ouest.

Deux abris de survie, des ouvrages maritimes et routiers sur Rangiroa

Accueilli à Rangiroa par Tahuhu MARAEURA, maire de la commune, et accompagné des représentants à l’assemblée de la Polynésie française Félix TETUA et Odette HOMAI, le ministre a pu prendre connaissance des attentes de la population et évaluer les doléances des élus locaux.

À Tiputa, après la pose de la première pierre de l’infirmerie construite aux normes abris de survie, Jordy CHAN s’est rendu sur le site du Centre d’Éducation aux Technologies Appropriées au Développement (CETAD) pour constater la démolition des locaux vétustes en vue de la construction d’un nouveau bâtiment aux normes abris de survie, actuellement au stade de l’étude, pour une capacité d’accueil de 410 personnes.

Concernant les infrastructures routières sur le motu de Tiputa, le ministre a été interpelé sur la vétusté d’un pont dont les travaux de réfection seront étudiés cette année.

À Avatoru, le ministre a visité la marina des pêcheurs qui rencontre des problèmes de fonctionnalité au regard de son usage actuel par les pêcheurs et les prestataires touristiques. La faisabilité technique et financière de nouveaux aménagements demandés par les interlocuteurs rencontrés sera étudiée.

Ayant pris connaissance des difficultés des usagers, le ministre a également visité la marina près du collège de Rangiroa où des aménagements pourraient être envisagés afin de sécuriser la mise à l’eau des bateaux et l’embarquement des personnes.

En matière de travaux routiers, deux portions de la route restent à bétonner au village et entre l’aéroport et le futur centre d’incendie et de secours (CIS).

De plus, l’assainissement des eaux pluviales entre la mairie et la marina des pêcheurs sera étudié afin d’empêcher les inondations qui surviennent dans cette zone lors de fortes pluies. Ces travaux pourraient être réalisés en régie cette année.

Enfin, les élus municipaux ont souhaité aborder divers sujets tels que la facilitation du passage du permis de conduire dans les îles, le traitement des demandes d’extraction de sable et le rapatriement des déchets vers Tahiti. Le ministre s’est montré ouvert à la discussion, et mènera une analyse approfondie des problématiques qui y sont liées afin d’apporter une réponse adaptée.

La priorité à l’aérodrome sur Tikehau

 À Tikehau, le ministre a rencontré le maire délégué Marere METUA et a pu échanger avec le responsable de l’aérodrome au sujet des travaux à venir dont ceux de l’extension de l’aérogare, actuellement à l’étude. L’infrastructure est sous-dimensionnée au regard du trafic de passagers actuel, soit 38.000 passagers en 2023, elle doit être agrandie pour permettre l’accueil d’un nouvel opérateur sur cette destination. En outre, les travaux de balisage lumineux permettant d’étendre les plages horaires d’exploitation de l’aérodrome démarreront au deuxième semestre 2024.

Ces travaux seront complétés par la construction d’une nouvelle vigie actuellement à l’étude afin d’améliorer la sécurité sur l’aérodrome et d’assurer de meilleures conditions de travail pour les agents de la direction de l’aviation civile sur la plateforme.

Enfin, le ministre a été sensibilisé par les élus à propos de l’optimisation de l’unique marina de l’île pour y augmenter le nombre de places disponibles, et du bétonnage de la route sur la partie nord-ouest du village où la population augmente.

Le ministre s’est réjoui d’une visite dense et ponctuée d’échanges enrichissants avec les élus et les acteurs économiques, dans l’objectif de proposer une offre en matière d’infrastructures qui soit la plus adaptée aux enjeux locaux mais également la plus soutenable pour le Pays.