Journées polynésiennes du Handicap : signature de convention pour le contrôle des bus adaptés

2019-04-26T10:38:20+00:0026 avril 2019|

A l’occasion de l’atelier dédié aux transports adaptés organisé dans le cadre des journées polynésiennes du Handicap 2019, une convention a été signée, mercredi, entre le ministre de l’Equipement et  des transports terrestres, René Temeharo et la présidente de la fédération Te Niu O Te Huma, Henriette Kamia, afin d’accompagner l’adaptation et l’information pour la prise des transports en commun par les personnes en situation d’handicap.

En faisant du handicap sa priorité, le gouvernement a souhaité impliquer activement la fédération Te Niu o Te huma afin qu’elle puisse apporter son expertise, sur la mise en œuvre des mesures d’accessibilité et de transports adaptés, aux personnes à mobilité réduite (PMR), dans le cadre de la Délégation du service public (DSP) du transport en commun de l’île de Tahiti. La fédération sera associée, notamment, à l’élaboration de supports d’informations adaptés, dans la formation des chauffeurs de bus pour l’accueil et la prise en charge de cette catégorie d’usagers et la mise en place de planchers bas adaptés pour faciliter l’accès aux bus. A noter, que l’ensemble de ces éléments s’inscrivent dans le cadre du schéma directeur des transports collectifs et des déplacements durables de l’île des Tahiti, à horizon 2035.

Plus d’une quarantaine de personnes issues du monde associatif, dont une délégation de Wallis et Futuna et de Nouvelle-Calédonie, du secteur public et privé étaient présentes à cet atelier, afin d’échanger sur le transport adapté tant au niveau terrestre, aérien que maritime. Pour les secteurs de l’aérien et du maritime, des visites conjointes ont été réalisés, à l’aéroport de Tahiti et à la gare maritime, avec les services concernés, afin de faire une mise en situation concrète. Ces expérimentations ont permis d’évaluer les besoins et les améliorations à apporter pour l’accessibilité de ces sites.

Concernant le transport terrestre, les échanges ont permis de soulever la nécessité de réaliser un recensement des personnes atteintes d’un handicap et susceptibles de prendre les transports en commun afin d’adapter les véhicules et les lignes en conséquence. En effet, une partie de la flotte composée de 240 bus, dont 20 bus 100% électrique, attendus par la société de transport, auront la capacité d’accueillir ces usagers.

Concernant l’adaptation des véhicules particuliers aux PMR (personnes à mobilité réduite), il a été rappelé que la Direction des transports terrestres (DTT) veillera à ce que ces adaptations répondent aux normes de sécurité en vigueur en Polynésie française.

Le ministre en charge des transports terrestres, René Temeharo, a souligné l’intérêt de ces échanges et a réaffirmé l’importance d’un travail collégial, où chacun doit apporter sa contribution, afin d’offrir le meilleur service aux usagers et en particulier aux personnes handicapés et/ou à mobilité réduite.

//