Nous savons qu’il est très pris, mais il est là et il veut nous rencontrer.” Le mardi 19 décembre, en marge du festival culturel des îles marquises, Moetai BROTHERSON, Président de la Polynésie française, a tenu à entendre les acteurs socio-économiques de Nuku Hiva.

« Quels sont les besoins des porteurs de projets ? Quels sont les freins à leur développement ? Quelles sont les difficultés que rencontrent les familles marquisiennes ? Quelles sont les infrastructures et les ressources à améliorer ? Quel type d’hébergement faut-il pour quel type de tourisme ? Êtes-vous prêts à accueillir 100 000 touristes annuellement ? »,  telles sont les questions que le Président de la Polynésie française et Éliane TEVAHITUA, Vice-présidente, ministre de la Culture, de l’Enseignement supérieur, de l’Environnement, du Foncier et de l’Artisanat, en charge des Relations avec les Institutions, Minarii Chantal GALENON TAUPUA, ministre des Solidarités et du Logement, en charge de l’Aménagement, de la Famille, de la Condition féminine et des personnes non autonomes et Steve CHAILLOUX, député de la 2e circonscription de Polynésie française, ont posé à leur audience. Ils ont échangé sur leur situation respective par le biais de tables rondes portant sur l’agriculture, la pêche, l’artisanat, la culture, l’environnement, la jeunesse, le sport, la vie sociale, le tourisme et le transport aérien international.

Le secteur primaire a ouvert les débats en indiquant les freins majeurs à son développement : le foncier avec l’indivision et le manque de personnel formé.  Les représentants de la culture, de l’artisanat et du social ont affirmé que la transmission de la culture au sein des foyers est effective mais déplorent la recrudescence des violences intra-familiale, notamment celles faites aux femmes.

En matière d’éducation, les établissements du second degré, les associations et les agents du pays ont invité la délégation à mettre l’accent sur l’acquisition des apprentissages dans le premier cycle, à multiplier les infrastructures sportives et à responsabiliser les parents trop souvent démissionnaires de leur rôle. Au chapitre “attractivité touristique”, les acteurs socio-économiques de Nuku Hiva sont unanimes : “Authenticité, proximité, vallées, partage, voilà ce que vient chercher le visiteur“. A l’instar du Mara’e Taputapuatea, l’inscription des îles marquises sur la liste de l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) des patrimoines à préserver devrait impacter le taux de remplissage des compagnies aériennes internationales et domestiques.

Le sujet d’un aéroport, l’agrandissement des débarcadères, la construction d’hébergements, de logements chez l’habitant, de pensions de familles ont clos cette journée d’entretiens.

Une journée au terme de laquelle Eliane Tevahitua, ministre de l’Artisanat, a confirmé la rénovation du Fare des artisans de Taiohae pour un montant de 50 millions de francs pacifiques.