Inscription du Matatiki à l’inventaire national du patrimoine culturel immatériel

2020-12-15T15:59:40+00:0015 décembre 2020|

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, le Haut-commissaire de la République, Dominique Sorain, et le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, ont participé, mardi matin, à la conférence de presse relatif au projet d’inscription de l’art iconographique marquisien « Matatiki », au patrimoine culturel immatériel français.

La conférence de presse s’est déroulée en présence également du président de la CODIM (communauté des îles Marquises), Benoit Kautai, et de Teiki Huukena, de l’association Patutiki.

A cette occasion, le Président a prononcé un discours pour saluer, d’une part, les porteurs de projet à l’initiative de cette démarche d’inclusion du patrimoine marquisien au patrimoine culturel immatériel, notamment l’association Patutiki, qui a su faire preuve de pugnacité et d’abnégation pour mener à bien ce projet.  Il a félicité d’autre part la Communauté des communes des îles Marquises (CODIM), dont le soutien sans faille à ce projet a contribuéde façon significative à sa réussite.

Le président a rappelé l’importance de valoriser l’ensemble des îles du Fenua, car la Polynésie est dotée d’une grande diversité culturelle.

« Nous nous retrouvons aujourd’hui pour célébrer l’aboutissement d’un travail de plusieurs années, mené par des spécialistes et des passionnés de la culture marquisienne qui ont voulu faire reconnaitre une pratique ancestrale, celle du Matatiki, l’art graphique marquisien », a déclaréle Président

« En inscrivant à l’Inventaire national l’art iconographique marquisien, le matatiki, le Comité du patrimoine ethnologique et immatériel, et par son intermédiaire l’Etat français, reconnait l’Histoire de ce patrimoine immatériel et son impact par-delà notre grand Océan. », a souligné Edouard Fritch.

Ce projet s’inscrit également au sein de la politique culturelle portée par le gouvernement et menée par le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu.

« A travers cette reconnaissance nationale accordée au Matatiki, c’est l’ensemble du patrimoine immatériel de Polynésie française qui est mis en valeur car il reflète la richesse et la diversité de notre ci-beau Pays », a indiqué Edouard Fritch.

discours du président du pays, Edouard fritch

discours du haut-commissaire, dominique sorain

discours du président de la codim, Benoit Kautai

dossier de presse de la codim

//