Gestion des installations classées

2020-08-07T20:06:03+00:007 août 2020|

Même si l’accident survenu à Beyrouth peut nous interpeler, il n’existe aucune concentration de nitrate d’ammonium en Polynésie française, ce qui rend impossible la survenue d’un tel accident sur notre territoire.

Les risques industriels existants à Tahiti sont majoritairement liés au stockage d’hydrocarbures (carburants et gaz). Les entreprises exploitent des produits dangereux sur des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). A ce titre, elles disposent d’un arrêté d’autorisation d’exploitation qui encadre strictement leur activité ainsi que les quantités des produits utilisés.

En raison de la réglementation du statut d’autonomie de la Polynésie française, ces installations classées pour la protection de l’environnement sont gérées par la direction de l’environnement du Pays.

Cette direction a en charge l’instruction des demandes des installations classées pour la protection de l’environnement. Dans ce cadre, elle s’assure que l’industriel a des moyens d’intervention sur son site en cas de début de sinistre.

Elle contrôle également l’entretien de ces dispositifs de sécurité et l’activité de ces entreprises.

Au regard des risques générés, l’Etat coordonne l’action des moyens engagés lors de la survenue d’un éventuel sinistre sur un site industriel.

L’Etat et le Pays travaillent régulièrement et en étroite collaboration pour prendre en compte tous les risques et organiser des exercices de grande ampleur sur les sites industriels tous les ans.

A ce jour, pour ce qui concerne le port de Papeete, comme pour tout site industriel, les installations font l’objet d’un suivi et de procédures de sécurité, de façon à maîtriser les risques industriels.

//