Morse Coagas FLORES, chargé de programmes au Haut-Commissariat aux droits de l’homme (HCDH) et Secrétaire du Fonds volontaire des Nations unies pour les peuples autochtones, s’est entretenu, le 10 janvier 2024, avec Éliane TEVAHITUA, Vice-Présidente, ministre de la Culture, de l’Enseignement supérieur, de l’Environnement, du Foncier et de l’Artisanat, en charge des Relations avec les Institutions.

Le HCDH, dont le siège est à Genève, est une institution spécialisée du système des Nations unies chargée « d’œuvrer pour la protection de tous les droits de l’homme pour toutes les personnes, de contribuer à donner aux personnes la possibilité d’exercer leurs droits et d’aider les personnes chargées de faire respecter ces droits à veiller à leur application ». Il est notamment chargé de la protection et de la promotion des peuples autochtones.

À ces fins, il a été créé un programme de bourses pour les peuples autochtones dont Morse Coagas FLORES, assure le secrétariat. Ce programme vise à renforcer la capacité et l’expertise des représentants autochtones sur le système et les mécanismes des Nations unies traitant des droits de l’homme et des question autochtones.

Dans ce contexte, la Vice-Présidente a transmis à Morse FLORES plusieurs candidatures de jeunes polynésiens, qui après examen de leurs dossiers, auraient vocation à être éligibles à un cycle de formation de cinq semaines dispensé par le HCDH, en marge des réunions du Mécanisme d’experts sur les droits des peuples autochtones qui se dérouleront à Genève, en Suisse, en juin et juillet prochain.

L’objectif est de permettre à des polynésiens de se familiariser avec le système des Nations unis et d’acquérir des compétences en droit international public et en droit des organisations internationales.

Morse FLORES a pris note avec satisfaction des démarches entreprises par la Vice-Présidente dans le secteur de la lutte contre les discriminations LGBTQ+ depuis la tenue de la table ronde de novembre 2023 sur cette thématique et a encouragé le Pays à être représenté à la 3e Conférence sur les droits humains dans la Pacifique qui se déroulera à Fidji en avril 2024.