Discours du Président pour l’officialisation des JO de surf 2024 à Teahupoo

2020-03-03T15:53:06+00:003 mars 2020|

Mesdames, messieurs,

 

Ca y est. C’est officiel. Teahupoo sera le site choisi pour les épreuves  de surf aux JO de 2024.

Sur proposition du Comité Organisateur des JO Paris 2024, le CIO a validé la candidature de Teahupoo, il y a quelques heures, depuis son siège de Lausanne.

Qui aurait pu imaginer que notre petite île isolée au milieu du grand océan Pacifique pourrait, un jour, être au cœur des jeux olympiques ? On peut rêver de beaucoup de choses, mais celle-là, c’est comme dire que cela n’arriverait que lorsque les poules auront des dents. C’est une perspective qui était inimaginable.

Pour toutes ces raisons qui dépassaient notre imagination, c’est donc avec une joie immense que la Polynésie française accueille cette nouvelle. C’est une très grande fierté pour toute la Polynésie, une très grande fierté pour la communauté polynésienne du surf et en particulier pour nos surfers polynésiens.

Bien sûr, nous pressentions cette validation de Teahupoo par le CIO puisque le Comité organisateur de Paris 2024 avait opté en faveur de Teahupoo au mois de décembre dernier. Mais, rien n’était acquis tant que l’officialisation n’était pas prononcée par le CIO.

A partir de ce matin, nous pouvons exulter et manifester publiquement notre joie.

A cet égard, la ministre des sports, madame Christelle Lehartel, se rendra dès cet après-midi, sur le lagon de Teahupoo et y poser le drapeau des JO Paris 2024.

***

Ce qui nous a démarqué des autres sites concurrents de métropole, c’est bien sûr la régularité de notre vague de Teahupoo. Avec cette vague, c’est la garantie de la bonne tenue des compétitions sportives durant les JO.

L’autre force de notre candidature, c’est l’environnement naturel qui entoure le site de Teahupoo. C’est un site vert et bleu. Vert grâce à la nature luxuriante des montagnes de Teahupoo ; bleu grâce à la couleur du lagon de Teahupoo.

L’écologie, l’environnement et les principes de développement durable seront au cœur du projet de Teahupoo.

Les jeux olympiques seront aussi, pour le pays d’accueil, une opportunité pour s’engager vers des investissements vertueux et durables.

C’est pourquoi, le pays prendra quelques engagements importants.

Les JO de 2024  seront une belle opportunité pour renforcer la promotion d’un développement durable :

  • Durable sur le plan économique : les aménagements (hébergements d’accueil des sportifs, les espaces et équipements pour les spectateurs, pour le staff technique, pour les athlètes) seront utiles après les jeux. L’existence permanente de la vague de Teahupoo deviendra un produit économique pérenne.
  • Durable sur le plan environnemental : la vague de Teahupoo est un don de la nature. Les polynésiens ont le devoir de préserver ce don. Cette préservation passe par le respect de l’écosystème du site, au travers notamment de la préservation du récif corallien, du lagon, de la rivière de la biodiversité terrestre et marine.
  • Durable pour former la jeunesse : les jeux sont une opportunité pour faire émerger une élite. Cette émergence est un appel de masse à la jeunesse polynésienne. Le sport est aussi un appel à la promotion de la santé. Sport et santé dans le surf seront liés et promus à l’instar du programme sport-santé déjà mis en place par le gouvernement polynésien.
  • Durable pour le bien-être individuel et collectif : faire du sport, c’est améliorer notre santé physique et moral. Les jeux olympiques sont, à l’instar de ce qui a été entrepris pour les deux championnats du monde de Va’a en 2017 et 2018, une nouvelle occasion de mobiliser et d’impliquer encore plus de jeunes à la pratique du surf. Dans le cadre du programme de prévention sport-santé initié par notre gouvernement, la jeunesse des quartiers sera appelée à s’intéresser et à s’impliquer dans la dynamique des jeux. Promouvoir une santé durable est l’une de nos préoccupations.

En résumé, pour être durable, les compétitions et l’organisation des JO de 2024 s’adapteront au site de Teahupoo et non l’inverse. Le naturel du site de Teahupoo sera préservé au maximum.

Le sport, c’est aussi la santé. Le souhait de toute autorité publique est que la bonne santé de sa population soit durable.

***

Désormais, notre challenge est d’être prêt pour Juillet 2024.

Pour ce faire, je dédierai un comité local spécial pour la préparation de cet évènement.

Ce comité local travaillera en étroite collaboration avec les organisateurs du Comité des JO Paris 2024 qui auront à préciser le cahier des charges des prestations, des services et de l’organisation attendus pour le bon déroulement des jeux de surf en 2024.

En outre, parmi les acteurs locaux, je vous ai cité, tantôt, la liste des acteurs publics qui auront un rôle à tenir dans la préparation. A cette liste, il faudra désormais ajouter d’une part la population qui doit s’approprier et se mettre dans la dynamique de cet évènement sportif de portée mondiale et d’autre part les entreprises privées qui auront à travailler sur les différents aménagements du site de Teahupoo.

Je ferai en sorte que les JO de 2024 puissent être les jeux de toute la Polynésie et de tous les Polynésiens.

***

Aussi, pour terminer mon propos, je voudrai adresser mes remerciements :

1/ aux surfers polynésiens et à toute la communauté polynésienne du surf : c’est vous qui avez fait connaître Teahupoo pour élever ce site parmi les plus célèbres de la planète. C’est donc grâce à vous que Paris 2024 a apporté une attention et un intérêt à Teahupoo. Encore merci pour tout le travail réalisé durant 20 ans pour faire connaître et faire apprécier ce site au plan mondial.

2/ Nous remercions le Comité Organisateur des JO  Paris 2024, et en particulier son président, monsieur Tony Estanguet pour avoir proposé la candidature de Teahupoo pour les épreuves de surf aux JO 2024.

3/ Nous remercions le CIO pour avoir validé et ainsi achevé le processus d’officialisation du choix de Teahupoo.

4/ Nous remercions la Ville de Paris et son maire, madame Anne Hidalgo, d’avoir accepté de soutenir le choix de Tahiti, alors que ce sont les jeux de Paris.

4/ Nous remercions le Président de la République et son gouvernement pour son soutien dans le choix de Tahiti, une de ses collectivités d’outremer hautement représentative de ce sport de glisse et berceau du surf.

5/ Nous remercions toutes les personnes qui ont travaillé sur notre dossier de candidature. Elles sont nombreuses : avec Maratai et Thiphaine, il y avait Jean Claude, Bélinda, Manouche et nos consultants parisiens dont monsieur Aurélien Jacques. Et il y a tous ceux et celles qui ont apporté leur précieux morceau d’information, exactement comme un puzzle où chacune des pièces d’information est indispensable pour la complétude du dossier polynésien : la fédération tahitienne de surf, le comité Teahupoo Pro, la Météo, nos services d’environnement, de la culture, de l’équipement, de l’urbanisme, de l’informatique, des sports, de la santé, de l’agriculture, des transports, du tourisme, des finances.

En résumé de mes remerciements, c’est la convergence de l’ensemble de ces acteurs qui a permis ce choix favorable à Tahiti. Un tel choix est inédit et innovant. C’est un geste important du CIO en faveur de l’universalité des jeux olympiques et une belle démonstration que le sport ne souffre pas des frontières.

//