Coronavirus : situation pour la Polynésie française à 16h 

2020-05-25T18:01:57+00:0025 mai 2020|
La cellule de crise de la Polynésie française – COVID 19 fait le point sur la surveillance épidémiologique de la Polynésie française, au lundi 25 mai, à 16h.

Situation pour la Polynésie française à 16h:

3964 tests ont été effectués depuis le début de l’épidémie en Polynésie française. Il n’y a aucun nouveau cas confirmé de Covid-19 dans la population. 29 personnes ont été dépistées positives au virus sur un bateau de pêche équatorien le 20 mai 2020. Le bateau a quitté les eaux de la zone économique exclusive (ZEE) polynésienne samedi 23 mai en fin de journée, après avoir averti le JRCC. Le marin équatorien est toujours hospitalisé à l’hôpital du Taaone. Son état est stable.

 

Chiffres clés

Situation épidémiologique, en Polynésie française

Nombre total de cas COVID-19                                60

Nombre total de cas COVID-19 hospitalisés                      

– en cours                                                       0

– depuis le début de l’épidémie                                   4

Nombre de cas COVID-19 admis en réanimation    0

Nombre de décès lié au COVID-19                          0

Personnes en transit, sans contact avec la communauté

Nombre total de cas COVID-19                                29

Nombre total de cas COVID-19 hospitalisé             1

Nombre de décès lié au COVID-19                          0

 

Fig. 1. Nombre de cas cumulés COVID-19 en PF par date

Fig. 2 : Cartographie des cas depuis le début de l’épidémie (IDV)

Source : Bureau de veille sanitaire, Direction de la santé

 

Retour des résidents et sortie de quarantaine

Le vol de continuité territoriale, arrivé vendredi soir, a amené 152 passagers, dont 4 médecins d’Europ-assistance et 110 résidents polynésiens qui ont accepté d’effectuer une quarantaine dans un lieu dédié et entièrement pris en charge par le Pays (transport, hébergement, restauration et test à l’issue des 14 jours). Certaines personnes ont été autorisées à ne pas faire leur quarantaine, justifiant d’avoir déjà contracté le Covid-19, et ne présentant plus de signes de la maladie depuis plus de 14 jours.

Dimanche 24 mai, 47 personnes hébergées au centre d’hébergement étudiant (CHE) et à Tibériade ont été autorisées à sortir de leur quarantaine, suite à leur rapatriement de métropole le 10 mai 2020. Tous ont effectué un test de dépistage du Covid-19, analysé négatif, obligatoire pour lever la quarantaine.

Les personnes rapatriées d’Australie et revenues le 16 mai dans l’avion de l’Etat A400M, devraient être autorisées à sortir le 30 mai prochain.

 

Masques et gants à usage unique

Malgré la levée du confinement annoncé par une allocution conjointe Etat / Pays, mercredi 20 mai, les autorités sanitaires rappellent l’importance de poursuivre l’application des gestes de protection : hygiène des mains, distanciation physique et port du masque. Il est essentiel de continuer à respecter ces comportements qui ont permis de limiter la propagation du virus, la vigilance reste de mise.

 

Par ailleurs, si le masque en tissu ou « paruru vaha » est fortement recommandé, ce n’est pas le cas des gants à usage unique. Il est préférable de se laver les mains régulièrement pour garantir une bonne hygiène des mains. En effet, le port de gants ne protège pas toujours des virus, et mal porter des gants peut être pire que de ne rien porter du tout, notamment si l’on met des gants sans se laver les mains, ou que l’on se touche le visage avec.

 

Les autorités sanitaires rappellent également que les masques et les gants à usage unique doivent être immédiatement jetés dans une poubelle, sans contact, après utilisation, pour éviter toute dissémination potentielle du virus et aussi pour ne pas polluer notre environnement.

Quand cela est possible, il est préférable d’opter pour des masques en tissu, réutilisables et fabriqués localement.

 

Vol de Shanghai

Un vol de fret a atterri hier, dimanche 24 mai, à l’aéroport de Tahiti-Faa’a. L’avion a débarqué une commande d’équipements de protection individuels (EPI) du centre hospitalier de Polynésie française (CHPF) de près de 60 mètres cube, en plus d’un reliquat de la commande effectuée par le Pays lors du premier vol de Shanghai. Se trouvaient également à bord des dons de la Chine à destination des communes de Faa’a et Papeete, ainsi que des dons (essentiellement des équipements de protection individuelle) de la Fondation Jack Ma à la Polynésie française, récupérés à Fidji.

 

Suivi des dépistages effectués

Depuis le début de la crise, la majorité des dépistages, soit 89%, a été réalisée dans les îles du Vent. Un travail de suivi des dépistages a été effectué. Au total, à la fin de la 20eme semaine de l’année (S20), le 17 mai 2020, 3330 personnes avaient été dépistées sur l’ensemble des 5 archipels.

Fig. 3 : Répartition des 3330 personnes dépistées en en fonction de leurs archipels de résidence au moment du dépistage, et de leur commune pour les Iles du Vent, S 2020 6 à 20

Sources : BVS, Laboratoire du CHPF et de l’ILM

 

REO TAHITI
//