Conseil d’administration du Centre des métiers d’art

2019-06-12T09:28:53+00:0012 juin 2019|

La ministre du Tourisme et du Travail, Nicole Bouteau, a présidé, lundi après-midi, le Conseil d’administration du Centre des Métiers d’Art de Polynésie française (CMA).

Le CMA est un établissement public administratif qui a pour vocation la formation théorique et pratique d’artisans hautement qualifiés dans les disciplines artistiques traditionnelles et modernes, ainsi que la recherche et le perfectionnement des techniques artisanales. Le Conseil d’administration du CMA a approuvé le rapport d’activités de l’établissement ainsi que son compte financier au titre de l’année 2018.

Le Centre des Métiers d’Art dispense depuis la rentrée 2018-2019 des diplômes nationaux : le CPMA (Certificat Polynésien des Métiers d’Art) et le BPMA (Brevet Polynésien des Métiers d’Art). Ce projet était une volonté de proposer des formations qualifiantes reconnues, de permettre aux élèves diplômés la poursuite d’études supérieures, mais aussi de proposer ces diplômes dans les établissements professionnels de tous les archipels de la Polynésie française.

La mise en place de ces diplômes a fait l’objet de la signature d’une convention entre le ministère du Travail et celui de l’Education permettant la mise à disposition au CMA de professeurs du lycée Aorai pour l’enseignement des matières générales. Actuellement, 42 élèves sont inscrits au sein de l’établissement. C’est quasiment deux fois plus que les années précédentes, la formation diplômante étant plus attractive pour les candidats à la formation.

Au-delà de l’activité pédagogique de l’établissement, le Centre des métiers d’art participe ou est partenaire d’événements organisés en Polynésie mais aussi à l’international, plus particulièrement en Océanie. Le CMA a, notamment, été invité à participer à la sixième rencontre des artistes océaniens aux îles Cook, « Putahi Ono Kuki Airani ». Le Putahi a été créé par le Centre des Métiers d’Art et par Donn Ratana de l’université de Waikato en Nouvelle Zélande en 2010.

C’est un évènement aujourd’hui pérenne dédié aux arts visuels associant dans une démarche artistique, culturelle, sociologique et pédagogique, la participation d’artistes confirmés de dimensions internationales ainsi que des étudiants en arts des pays francophones et anglophones de la région autour de thématiques touchant au patrimoine, aux pratiques artistiques et à l’art contemporain.

La confrontation entre artistes confirmés et artistes en devenir est essentielle pour un échange d’expériences et de savoir-faire. Les éditions successives du Putahi ont permis d’étendre le réseau d’artistes autochtones océaniens du CMA par la rencontre de nouveaux membres, mais également de renforcer les liens entre les institutions du Pacifique et le CMA. L’équipe du Centre des métiers d’art, qui a organisé le Putahi 5 en 2017, poursuit ses efforts afin de favoriser toujours davantage l’émergence de jeunes créateurs.

Les échanges sur l’activité de centre ont été l’occasion d’évoquer le devenir des élèves de l’année 2017-2018. Certains ont créé leur propre activité, d’autres sont salariés d’entreprises d’art du tatouage ou d’art en infographie. D’autres encore poursuivent des études supérieures dans le domaine de l’art en métropole.

Concernant le compte financier 2018 de l’établissement, il s’établit comme suit : le montant définitif des recettes en section de « fonctionnement » et « investissement » a été arrêté à la somme de 104 690 443 Fcfp et le montant définitif des dépenses en section de « fonctionnement » et « investissement » a été arrêté à la somme de 102 728 569 Fcfp. Un résultat excédentaire de 1 961 874 Fcfp vient ainsi augmenter le fonds de roulement du CMA à la clôture de l’exercice budgétaire 2018.

//