Comité de pilotage du Programme de rénovation urbaine de l’agglomération de Papeete

2020-08-24T14:44:53+00:0024 août 2020|

Les membres du comité de pilotage (COPIL) du Programme de rénovation urbaine se sont réunis, jeudi dernier, en présence des différentes partenaires.

Ce COPIL était présidé par le ministre du Logement, de l’aménagement du territoire en charge des transports interinsulaires, Jean-Christophe Bouissou, et comptait parmi ses participants, l’administrateur d’Etat, chef des subdivisions administratives des îles du Vent et des îles Sous-le-Vent, Guy Fitzer, le maire de Mahina, Damas Teuira, le maire de Punaauia, Simplicio Lissant, l’adjoint au maire de Pirae, Jean Chicou, et le conseiller municipal de Papeete, Patrick Bordet.

Le ministre a tenu tout d’abord à rappeler le rôle du comité de pilotage du programme de rénovation urbaine et à saluer la mobilisation des communes et des services du Pays. La vocation du comité de pilotage est de s’assurer de la bonne poursuite des objectifs du programme de rénovation urbaine (PRU) et de la bonne conduite des projets des PRU communaux en cohérence avec l’action des partenaires, services et opérateurs. Le ministre a souligné le rôle important que joue le maire comme chef de file du projet de rénovation urbaine.

Le représentant de l’Etat a tenu à remercier le ministre et les maires pour avoir en 2019 et 2020 progressé dans la définition des besoins à l’échelle du programme mais aussi de chaque projet communal. La réussite de ce programme passe par une culture de projet partagé dans une démarche où toutes les compétences, Etat, Pays, communes, sont réunies au service du projet. Il a salué l’action du ministre et de l’ensemble des partenaires tout en réaffirmant que l’Etat sera à l’écoute du Pays et des communes pour la réussite du Programme de rénovation urbaine de l’agglomération de Papeete.

Les participants ont acté la restitution des quatre études de préfigurations des projets de rénovation présenté par les communes de Mahina, Pirae, Papeete et Punaauia, menées depuis 2019 et finalisées début 2020. Par ailleurs, une présentation et une planification des opérations des quatre projets à 10 – 15 ans, en cohérence avec les objectifs stratégiques et les enjeux généraux des politiques publiques, et notamment du SAGE (schéma d’aménagement général) ont été présenté afin d’introduire les besoins financiers qui se précisent.

Une pré-maquette financière à l’échelle du programme de rénovation urbaine a ainsi été établie par la DHV (Délégation à l’habitat et à la ville). Elle a été expliquée dans le détail aux membres du COPIL. Certaines maîtrises d’ouvrage sont déjà identifiées avec les investissements nécessaires. La première estimation financière porte sur des coûts bruts de réalisation, toutes maîtrises d’ouvrage confondues du Pays et des communes, de 30 milliards Fcfp sur les 5 à 10 prochaines années.

Alors que les futurs contrats partenariaux financiers sont en cours de redéfinition, ce comité de pilotage a permis de préfigurer des moyens de financements des opérations pouvant être enclenchées en 2021 et de préparer les futures démarches pour préparer et engager les opérations sur 2021-2026.

La déléguée à l’Habitat et à la Ville, Emmanuelle Thénot, a exposé le plan de charge des actions à mener en 2021. Ce plan sera notamment consacré aux études préparatoires des travaux, aux démarches foncières adaptées en amont des projets, avec un accompagnement des communes pour la concertation de la population ainsi qu’avec la précision d’orientations de politiques publiques (en terme de déplacement, d’assainissement, de traitement de l’habitat privé…), et la réalisation de petits équipements publics. Au total, les investissements sont de l’ordre de 490 millions Fcfp pour 2021.

Le deuxième semestre 2020 sera consacré à consolider la maquette financière 2021-2026 et à définir les possibilités d’inscrire un ligne spécifique PRU dans le(s) futur(s) contrat(s) partenarial(aux) tout en renforçant l’organisation des équipes opérationnelles.

En conclusion des travaux, le ministre Jean Christophe Bouissou a rappelé que les secteurs de rénovation urbaine retenus présentent tous des enjeux urbains majeurs, tant pour le développement de l’agglomération que celui de chacune des communes concernées, Mahina, Pirae, Papeete et Punaauia. En effet, si les projets de rénovation urbaine concernent en premier lieu l’amélioration des conditions d’habitat, le désenclavement et l’équipement des quartiers, ils peuvent contribuer à la relance et au développement économique ainsi qu’au développement durable des territoires. La mobilisation des ressources de chaque entité viendra confirmer l’engagement pragmatique du Programme de rénovation urbaine et, ainsi, la politique partagée d’amélioration durable du cadre de vie des familles polynésiennes.

 

//