Cérémonie d’atterrage du câble sous-marin Manatua à Toahotu 

2020-01-25T18:04:24+00:0025 janvier 2020|

Le Président Edouard Fritch et le Haut-commissaire, Dominique Sorain se sont rendus, samedi, à Toahotu, afin d’assister à la cérémonie d’atterrage du câble sous-marin à fibre optique Manatua. Ils ont également inauguré la station Telecom de l’OPT (Office des postes et télécommunications), à Taravao. 

 La ministre de la Modernisation de l’administration, en charge du numérique, Tea Frogier, le ministre de l’Economie verte, Tearii Alpha, la représentante à l’Assemblée de la Polynésie française, Tepuaraurii Teriitahi, le président directeur général de l’OPT (Office des Postes et Télécommunications), Jean-François Martin, et plusieurs représentants de communes, étaient également présents à cette cérémonie. 

Le câble sous-marin Manatua, reliant Samoa à Tahiti, comprenant également une branche vers Niue, Rarotonga et Aitutaki aux îles Cook, ainsi que Bora Bora, permettra de sécuriser le système international et domestique Honotua.   

Le Président Edouard Fritch a rappelé la génèse du projet et qu’il avait, dès novembre 2016, attiré l’attention du ministre des Affaires étrangères de sa volonté d’engager des négociations multilatérales avec les gouvernements de la Nouvelle-Zélande, des îles Cook, de Niue et de Samoa, aux fins de conclure un accord sur un projet international de connectivité dans le Pacifique. L’objectif de cet accord était d’améliorer les infrastructures de télécommunications internationales des pays insulaires participants, en leur donnant accès à un système d’internet à très haut débit, fiable et abordable. De plus, ce projet permettait de sécuriser, par un deuxième câble sous-marin, le système Honotua reliant Tahiti à Hawaiï.  

L’accord a été signé en avril 2017 entre le gouvernement de la République française, pour la Polynésie française, le gouvernement des îles Cook, le gouvernement de Niue et le gouvernement des Samoa, concernant la conception, la construction, l’exploitation et la maintenance du système de câble Manatua. 

« Cet accord est un geste fort de coopération entre Polynésiens, dont je me réjouis, en souhaitant qu’il ouvre la voie à d’autres formes de collaborations économiques. C’est une nouvelle concrétisation du dialogue permanent qui existe entre les cousins du Pacifique. Ce câble vient bien sûr marquer notre forte volonté de développer le numérique dans notre Pays qui souffre de l’enclavement et de l’isolement géographique de certaines de nos îles. Cette révolution numérique doit servir toute la population de nos archipels qui a toujours exprimé sa volonté de ne pas rester au bord de cette autoroute. », a déclaré le Président.  

Le Pays s’est ainsi lancé dans le projet de câble domestique Natitua qui permet de desservir aujourd’hui une partie des Tuamotu et les Marquises. L’ambition est désormais de boucler la desserte de la Polynésie avec une liaison sur Tubuai et Rurutu pour l’archipel des Australes. 

 « Ces câbles se doivent d’être au service du quotidien des Polynésiens. Et si nous souhaitons couvrir le plus largement possible nos archipels c’est pour que les administrés n’aient plus à venir jusqu’à Tahiti pour faire un certain nombre de démarches administratives qui peuvent être effectuées à distance. Nous sommes résolument engagés dans la e-administration. La e-santé est également en plein développement et les scanners qui seront pratiqués à l’hôpital de Nuku Hiva pourront être rapidement interprétés par des spécialistes du CHPF du Taaone, tout comme c’est le cas des actes qui sont effectuées ici à l’hôpital de Taravao et transmis à l’hôpital général à Pirae. C’est aussi une aide formidable pour les infirmiers en poste isolés qui grâce à la télé-médecine pourront faire faire des diagnostics à distance par des médecins. », a indiqué le Président. 

Pour terminer, le Président a tenu à remercier l’Etat. « Tous ces investissements sont excessivement coûteux – 21 milliards Fcfp investis depuis 2010 – et je remercie encore l’Etat pour sa contribution financière au soutien du développement du numérique en Polynésie française. Parce que ce sont des investissements extrêmement coûteux ils doivent être mis en priorité au service du développement économique, sanitaire, culturel de notre Pays et satisfaire les besoins fondamentaux de nos populations. », a-t-il souligné 

 

discours du président
//