3ème édition des rencontres nationales du tourisme Outre-mer

2018-09-24T16:14:14+00:0024 septembre 2018|

La ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, a participé à la 3ème édition des Rencontres nationales du tourisme Outre-mer, qui s’est déroulée, ce lundi à Paris, au Ministère de l’Economie et des finances. Ouvertes par Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères, et clôturées par la ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, ces rencontres, organisées en marge du Salon de l’industrie du tourisme Top Resa, permettent aux acteurs publics et privés ultramarins d’échanger sur des thématiques qui sont au cœur du développement touristique des Outre-Mer.

Plusieurs tables rondes ont ponctué cette journée à laquelle assistaient également pour la Polynésie, Christian Vernaudon, conseiller et membre de la délation à l’Outre-Mer du CESE (Conseil Economique, Social et Environnemental), Paul Sloan, Directeur Général de Tahiti Tourisme qui était accompagné de Gina Bunton, directrice des opérations internationales de Tahiti Tourisme, de Bud Gilroy, Président du Tahiti Cruise Club et de Stéphane Renard qui représentait le Cluster Maritime de Polynésie française.

Le premier panel de discussions a porté sur les préconisations du CESE dans son récent avis : « Promouvoir le tourisme durable dans les Outre-mer ». Dans cet avis, le CESE plaide pour un tourisme durable et économiquement viable, qui réponde aux défis environnementaux et climatiques, en tenant compte de ses impacts actuels et futurs. Il préconise de mettre l’identité culturelle et la richesse de la biodiversité des Outre-mer au cœur de leur stratégie. Pour cela, la formation, l’implication et la sensibilisation des populations sont essentielles à cette démarche. Lors des échanges, Nicole Bouteau est intervenue pour indiquer que la Polynésie s’inscrivait complètement dans les préconisations faites par le CESE  au travers de la Stratégie de développement du tourisme 2015-2020 mise en œuvre en Polynésie depuis 3 ans.

L’accompagnement renforcé des territoires et des porteurs de projets a également été évoqué. Cet accompagnement piloté par « France Tourisme Ingénierie » créé à l’initiative du Comité interministériel du 19 janvier 2018, est un dispositif national qui a pour vocation d’accélérer l’investissement touristique dans l’ensemble des territoires afin de faciliter l’adaptation de l’offre aux enjeux d’internationalisation. S’appuyant sur Atout France ainsi que sur la contribution au financement de la Banque des territoires, il se déploiera au profit de tous les territoires ultramarins dans les mois à venir.

La valorisation de l’engagement en faveur d’un accueil et de prestations de qualité a fait l’objet d’un échange riche. Renforcer et améliorer la qualité de l’offre touristique constituent des éléments forts pour développer l’attractivité et garantir la compétitivité des destinations.  La France se caractérise par une multitude de labels ou démarches qualité, mis en œuvre par des réseaux volontaires, des chaînes intégrées, des organisations professionnelles, des associations, des organismes de certification, etc.
L’ensemble de ces processus recouvre des appellations elles-mêmes diverses (chartes, labels, certifications, qualifications), qui ne reposent ni sur les mêmes exigences ni sur les mêmes modalités. Cette table ronde a été l’occasion de présenter certaines de ces appellations qui reposent sur des exigences et des modalités diverses.

Ces rencontres nationales se sont achevées par deux panels : l’un sur la valorisation de la gastronomie et des arts culinaires en outre-mer comme vecteur de développement touristique et l’autre sur les enjeux touristiques du développement de la plaisance et du nautisme. Cette dernière table ronde accueillait notamment un intervenant du Cluster Maritime de Polynésie française. Elle a été l’occasion d’évoquer les liens qui existent entre les enjeux de la filière nautique, et ceux de l’attractivité touristique des territoires. La qualité des infrastructures, la présence de compétences et savoir-faire, la stabilité des normes économiques et environnementales sont autant de facteurs qui doivent permettre aux territoires ultramarins de se constituer comme des destinations touristiques incontournables dans ce secteur.

La ministre du Tourisme poursuit sa mission et participera à l’IFTM Top Resa qui est l’un des plus grands salons professionnels du tourisme et des voyages, organisé tous les ans à Paris. Elle y rencontrera les voyagistes et compagnies aériennes présents sur l’événement afin d’évoquer les perspectives de la destination « Tahiti et ses îles » sur le marché français.

//