Rencontre avec les professionnels du tourisme sur la situation des marchés asiatiques

2018-09-12T16:38:00+00:0012 septembre 2018|

La ministre du Tourisme, Nicole Bouteau, a rassemblé, mardi, à la Présidence, en fin de journée, de nombreux professionnels du tourisme afin d’évoquer la situation des marchés asiatiques concernant la Polynésie, essentiellement donc le Japon, la Chine et la Corée du Sud.

Alors que la fréquentation touristique de Tahiti et ses îles a progressé de 5,3% sur le premier trimestre 2018, par rapport à 2017, les marchés émetteurs asiatiques sont en retrait. En 2017, l’Asie a représenté 11% des arrivées touristiques, et la 4ème région émettrice après l’Amérique du Nord, l’Europe et le Pacifique. De janvier à juin 2018, la région a représenté 10,8% des arrivées touristiques, se plaçant ainsi en 3ème position des marchés émetteurs, avec un pourcentage égal au marché Pacifique.

Par ailleurs, l’Asie a représenté, en 2015, 9% des recettes touristiques. Les visiteurs en provenance de marchés asiatiques dépensent en moyenne par séjour 223 067 Fcfp, dont 122 000 Fcfp en moyenne pour l’hébergement, ce qui place les marchés asiatiques en deuxième position en termes de dépenses moyennes par séjour.

Sur un marché très sollicité, et face à des destinations très concurrentielles, maintenir le niveau d’attractivité et la visibilité de la destination Tahiti et ses îles à l’international est un enjeu majeur pour la Polynésie. Ces marchés sont desservis par Air Tahiti Nui qui opère deux vols hebdomadaires vers le Japon.

Cette rencontre a permis de faire un tour de table des professionnels impliqués sur ces marchés et d’évoquer un plan d’actions à court, moyen et long terme nécessitant une mobilisation concertée de tous. Cette stratégie passe notamment par une consolidation de la destination auprès des voyagistes fidèles à la destination, et par le renforcement des actions de formations à destination des tour-opérateurs de ces marchés sur la diversité de nos îles. Un repositionnement de Tahiti et de ses îles est également nécessaire pour toucher d’autres cibles que celles des jeunes mariés et des retraités. Le segment culturel, de par la présence de nombreuses écoles de « ori Tahiti » (près de 400 000 élèves au Japon), est aussi identifié comme étant porteur. Un groupe de travail se réunira, sous l’égide de Tahiti Tourisme, afin de finaliser un plan d’actions courant octobre.