Remise d’attestations de formation pour les métiers de l’artisanat traditionnel

2018-10-23T16:55:33+00:0023 octobre 2018|

Le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a remis, mardi après-midi, des attestations de formation aux métiers de l’artisanat traditionnel, dans les locaux du centre de formation DOCEO.

Bon nombre d’artisans recensés par le service de l’artisanat traditionnel œuvrent au sein d’une famille ou en association, qui est la base de la transmission des valeurs, du savoir et du savoir-faire traditionnels. Métiers de passion en devenir pour les jeunes, les artisans doivent se professionnaliser afin de préserver la qualité de leur savoir-faire et gagner en indépendance. La formation constitue donc une étape essentielle dans le cheminement vers la professionnalisation des artisans traditionnels.

Aussi, le ministère en charge de l’Artisanat avec le concours du service de l’artisanat traditionnel, a mis en place, pour la deuxième année consécutive, une action de formation intitulée Formation aux métiers de l’artisanat traditionnel en faveur de personnes désireuses d’exercer dans ce secteur d’activité ou issues de milieux associatifs.

Sélectionnés à partir d’un projet professionnel artisanal, les bénéficiaires sont poussés vers l’entreprenariat et la préservation des activités artisanales traditionnelles dans la reconnaissance, le développement et la qualité des produits artisanaux traditionnels sur les marchés local, national et international. Avec le concours de « Doceo Formation », 10 stagiaires, âgés de 24 à 45 ans, ont suivi la deuxième édition de la formation aux métiers de l’artisanat traditionnel, du lundi 3 septembre au vendredi 19 octobre.

La formation s’est déroulée sur un volume horaire de 7 semaines réparties en 190 heures de cours à raison de 100 heures de théorie et 90 heures de pratique. La partie théorique regroupe les matières relatives à la gestion et au management d’entreprise, le marketing et la vente, la comptabilité, les langues et l’expression écrite et orale, l’histoire et la géographie de la Polynésie française, les institutions et administrations de la Polynésie française et le droit et obligations des associations de la loi de 1901.

La partie pratique permet aux stagiaires d’interagir avec différents organismes tels que l’inspection du travail ou la Caisse de Prévoyance Sociale. C’est également l’occasion de rencontrer des artisans professionnels, d’échanger avec le Centre des métiers d’arts, de visiter le Musée de Tahiti et de ses îles et d’organiser des tables rondes avec différents intervenants professionnels des métiers de l’artisanat traditionnel.

A l’issue de cette formation, un suivi des projets professionnels des bénéficiaires sera assuré sur une période d’un an par l’organisme de formation qui en rendra compte au service de l’artisanat traditionnel. L’objectif final de ce dispositif est de permettre au secteur de l’artisanat traditionnel de se révéler comme une source de créations d’emploi par l’auto-entreprise, avec une volonté forte également de valoriser les savoir-faire.