Vice-Présidence

La commission de l'Economie et des Finances de l'Assemblée de la Polynésie française a examiné, vendredi, le projet de budget général de la Polynésie française pour l'exercice 2018.

 

Ce projet présente des ressources en fonctionnement à hauteur de 139,690 milliards Fcfp et en investissement à hauteur de 47,044 milliards Fcfp, soit un total général de 186,734 milliards Fcfp contre 175,179 milliards Fcfp au budget primitif 2017.

Le gouvernement a présenté le cadrage général du budget primitif 2018 qui s'inscrit résolument dans la poursuite des efforts de relance économique autour de trois grands axes :

-          la poursuite des actions de relance de la commande publique pour stimuler l'activité économique,

-          l'accompagnement des entreprises et des ménages dans leurs investissements,

-          et l'accélération de la création d’emplois durables.

La maîtrise des dépenses publiques reste par ailleurs une priorité. Ainsi, les charges de fonctionnement courant et de personnel seront contenues aux enveloppes de 2017.

Par ailleurs, les fruits de la croissance permettront l’accompagnement progressif de la réforme de la PSG.

 

Fonds de prévention sanitaire et sociale et budgets des comptes spéciaux 

 

Par ailleurs, la commission de l'Economie et des Finances de l'Assemblée de la Polynésie française a également examiné, vendredi, le projet de création du Fonds de prévention sanitaire et social et le projet de budget 2018 relatif aux comptes spéciaux de la Polynésie française

Pour permettre la mise en oeuvre du schéma de prévention et de santé, le gouvernement a proposé la création d'un compte spécial destiné à financer la politique de prévention et de promotion de la santé en priorisant les efforts sur la lutte contre le surpoids et l’obésité, la lutte contre les addictions, les maladies émergentes et toutes maladies associées impactant fortement les dépenses de santé.

Ce compte bénéficiera de 100 millions Fcfp versés à partir du budget général pour initier les premières actions. Ses ressources pourront être complétées progressivement par la mise en place d'une fiscalité dite comportementale, assise sur les produits sucrés ou salés.

 

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles

 

-www.net.pf

 

-www.innovation-publique.pf