Présidence

Le Président Edouard Fritch et les chefs d’Etat et de territoires du Pacifique ont été invités à rencontrer le Pape François, samedi, au Vatican.

 

La délégation était composée des représentants d’onze Etats et territoires du Pacifique. Devant le Pape, trois chefs d’Etat représentant les groupes micronésiens, mélanésiens et polynésiens ont pris la parole. Ils ont souligné le fait que les pays et états insulaires du Pacifique sont en première ligne quant aux conséquences des changements climatiques et qu’ils sont extrêmement vulnérables face à la montée des eaux et aux forces destructrices des cyclones. A cet égard, l’autorité morale du Pape sur la scène internationale sera une voix supplémentaire pour défendre et préserver nos îles.


Puis, à son tour, le Pape François s’est adressé aux chefs d’Etat et territoires. « Les causes qui ont conduit à cette dégradation environnementale sont nombreuses et malheureusement beaucoup d’entre elles sont à imputer à une conduite humaine imprévoyante liée à des formes d’exploitation des ressources naturelles et humaines dont l’impact va jusqu’au fond de l’océan », a indiqué le Pape. Le Pape François s’est dit conscient de la vulnérabilité de notre région, mais également de la richesse de ses beautés naturelles et culturelles. Le Pape a donc rappelé « la nécessité d’une prise de conscience mondiale, d’une collaboration et d’une solidarité internationales, d’une stratégie partagée, qui ne permettent pas de rester indifférent devant les problèmes graves comme la dégradation de l’environnement naturel et de la santé des océans, connexes à la dégradation humaine et sociale que vit l’humanité aujourd’hui ».


Le Président Fritch, qui a pu échanger quelques mots en privé avec le Pape, considère que cette rencontre constitue un privilège, un moment exceptionnel et inoubliable dans la vie d’un Chrétien, le Pape François ayant en outre une force et un charisme remarquables. Le président Fritch a aussi accordé une interview au journal du Vatican, l’Osservatore Romano. Il a conclu cette interview en ces termes : « Notre Maison commune, la Terre, est un héritage du Seigneur. En tant que Chrétien, mon action politique et sociale est guidée par cette volonté de rester attentif aux plus vulnérables en plaçant la personne humaine au centre de nos préoccupations ».

 

 

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles