Présidence

Lauréate du premier concours de nouvelles de la Délégation de la Polynésie française à Paris, Ghislaine Tauirarii a reçu son billet d’avion, jeudi, des mains de Jean-Marc Hastings, Directeur France Europe d’Air Tahiti Nui, en présence de Caroline Tang, Déléguée de la Polynésie française à Paris. Ghislaine Tauirarii participera, du 16 au 19 novembre, à la 17e édition du Salon du livre « Lire en Polynésie » à la Maison de la Culture.

 

Début septembre, le palmarès du concours littéraire de la Délégation de la Polynésie française avait été dévoilé en l’absence de l’intéressée qui n’avait pu se déplacer et recevoir son premier prix. C’est désormais chose faite et la lauréate était ravie.

 

Ghislaine Tauirarii a confié qu’elle avait été très émue quand elle a appris que sa nouvelle « Déracinement » figurait en tête du palmarès : «J’ai même versé quelques larmes car c’est mon histoire.  Celle de ma famille. J’ai écrit ce récit avec mes tripes si l’on peut dire. Et j’ai donc estimé que c’était un peu les membres de ma famille qui avaient eux aussi gagné. Ma fille et mes proches ont été très touchés ».

 

Une grande pudeur

 

L’écriture du texte a été rapide et l’auteure a même été obligée de supprimer des passages : « Nous étions limités à quatre pages mais j’en avais fait le double. J’ai coupé presque la moitié ».

 

En vérité cette belle nouvelle, réunit tous les ingrédients d’un bon livre. Mais Ghislaine Tauirarii ne compte pas franchir le pas : « C’est tout de même intime. Il y a ma vie et celle des autres. Je ne sais pas comment cela peut être vécu. Il n’y a pas que moi. Donc il existe une pudeur. L’on n’est pas habitué à se révéler autant. On se dévoile. C’est particulier ».

 

Ghislaine Tauirarii se dit très heureuse d’aller au salon « Lire en Polynésie ». Elle aime notamment les ouvrages de la maison d’Edition Au Vent des îles et plus largement les livres : « J’en ai toujours acheté. Je lis beaucoup sur l’histoire de la Polynésie, sa culture et les traditions. Je suis très intéressée. Ce sont nos racines ». Elle aura donc grand plaisir à échanger avec le public présent et communiquer sa passion de l’écrit.

 

Pour mémoire, le concours avait pour thème le déracinement. Vingt-cinq auteurs y ont participé. Il a pu avoir lieu grâce au soutien d’Air Tahiti Nui, de l’Association des éditeurs de Tahiti et ses îles (AETI), de la Fédération des Associations des Etudiants de Polynésie française (FAEPF) et de l’artisan joaillier OZ Tahiti.

 

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles

 

-www.net.pf

-www.innovation-publique.pf