Présidence

Le Président Edouard Fritch, entouré de son gouvernement, a prononcé un discours à l’occasion de l’ouverture de la session budgétaire, à l’Assemblée de la Polynésie française, au cours duquel il a présenté les perspectives d’actions du gouvernement pour les mois à venir.

 

Dans son discours, le Président a dressé le bilan de l’activité économique du Pays. Il a souligné l’augmentation, pour la quatrième année consécutive, du Produit Intérieur Brut (PIB) de 1,8 %, après une après une hausse de 1,5 % en 2015. Le principal moteur de la croissance est la consommation des ménages, qui constitue deux tiers du PIB et qui progresse de 1,3 %. Le commerce extérieur progresse de 4,3 % en volume pour atteindre 113 milliards Fcfp d’exportations. Le tourisme est en hausse également à 4,7 %. En ce qui concerne l’emploi, une reprise est observée. En effet, et pour la première fois depuis 2009, les effectifs salariés annuels moyens augmentent (+ 0,9 %) ainsi que les salaires moyens (+ 0,5 %), entrainant une hausse de la masse salariale de 1,4 % en valeur. Cette progression est de l’ordre de +2,8% sur une année glissante à mai 2017.

 

Concernant les grands axes de l’exercice 2018, le Président a indiqué que la priorité serait le maintien et la création d’emplois. Au titre des mesures économiques à destination des entreprises, le gouvernement prévoit une reconduction des dispositifs d’aides à la revitalisation et à l’équipement des commerces et des entreprises, qui représentent un réel intérêt pour les investisseurs. Pour le secteur de la pêche, sera proposé prochainement à l’Assemblée de la Polynésie française (APF), un texte de loi relatif à l’intégration de l’essence sans plomb dans le fonds de régulation et de péréquation du prix des hydrocarbures (FRPH). En outre, certaines dispositions du code de la concurrence seront aménagées au bénéfice d’une plus grande efficacité de la loi, tant pour les entreprises que pour l’autorité polynésienne de la concurrence.

 

Au titre de la consommation des ménages et du pouvoir d’achat, la révision du dispositif d’aide à l’investissement des ménages sera soumise à l’APF. Ainsi, l’aide du Pays pourra aller jusqu’à 4 millions Fcfp au lieu de 2 millions Fcfp.

 

En matière de logement social, le Président a rappelé que l’enveloppe budgétaire est passée de 3 milliard Fcfp en 2014 à 9 milliards Fcfp en 2017. Le mois dernier, le ministre en charge du Logement a par ailleurs présenté un plan logement intégrant une fluidification de la construction de logements avec l’acquisition par l’OPH de programmes à construire par des promoteurs privés.

 

Dans le cadre du plan de transition énergétique, un dispositif instaurant une aide financière aux particuliers qui veulent s’équiper en énergie solaire a été adopté mardi par la commission permanente. Les particuliers pourront bénéficier d’une aide pouvant aller jusqu’à 600 000 Fcfp, soit 30 à 60% du coût de leur installation en énergie solaire.

 

 

Fiscalité, point sur les grands projets et exécution du budget

 

 

Par ailleurs, le gouvernement souhaite revoir le dispositif d’application de la taxe de développement local, ainsi que la liste et les marges réglementées des produits de première nécessité et des produits de grande consommation.

 

Au titre de l’incitation aux grands investissements du Pays, le seuil d’éligibilité aux mesures fiscales de la loi relative aux grands investissements de 2014 sera abaissé. Le Président souhaite aussi rendre les investisseurs locaux éligibles à cette loi.

 

Au titre de l’évolution de la régulation de l’économie, le Pays va soumettre un projet de loi de Pays destiné à légiférer sur le bingo, mais uniquement à des fins associatives, et en excluant donc toute autre pratique. Un projet de loi du Pays réglementant le titre et la profession d’expert-comptable et encadrant l’exercice de la profession comptable à titre indépendant est notamment envisagé.

 

Dans son discours, le Président a souhaité rassurer les chefs d’entreprises en confirmant les engagements pris par le gouvernement lors du vote du budget primitif de 2017 quant à la baisse progressive de l’impôt sur les sociétés, laquelle sera poursuivie en 2018.

 

En outre, le vice-président soumettra, en deux temps, une séries de mesures fiscales destinées à simplifier et rationnaliser les dispositifs fiscaux actuels, à dynamiser la compétitivité des entreprises, ainsi que des mesures dédiées au soutien à la création d’emplois. La fiscalité des produits sucrés sera également revue. Enfin, le vice-président et ses équipes proposeront une série de mesures concrètes qui seront discutées avec les maires dans les prochaines semaines.

 

Concernant l’avancement des grands projets d’investissement, les opérations de construction se poursuivront durant l’année 2018 avec notamment la réalisation de l’écomusée Fare Natura à Opunohu, l’aménagement de la Pointe Hotuarea à Faa’a et la réhabilitation du musée de Tahiti et des îles. Le projet de ferme aquacole de Hao démarrera ses travaux en décembre prochain, avec un montant minimum d’investissements à réaliser en Polynésie française à hauteur de 150 milliards Fcfp sur 10 ans avec plus de 500 emplois permanents créés à terre.

 

S’agissant de l’exécution du budget du Pays, les bons résultats de 2016 ont permis de réinjecter dans l’économie des ressources supplémentaires, de régler une grande partie des dettes sociales et de venir soutenir l’emploi. Avec la reprise économique, les recettes fiscales sont en hausse. Ces recettes complémentaires permettront au Pays de financer partiellement la PSG. Lors de son dernier déplacement à Paris, le Président a notamment sensibilisé la ministre de la Santé et des solidarités sur la nécessité de poursuivre la contribution de l’Etat au financement du RSPF.

 

Discours du Président Edouard Fritch lors de l'ouverture de la session budgétaire à l'Assemblée de Polynésie française

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles