Présidence

Le Président de la Polynésie française, Edouard Fritch, et une partie de son gouvernement se sont rendus, mercredi, à Raiatea, sur le site de Taputapuatea, dans le cadre d’une Journée du patrimoine organisée par la commune suite à la récente inscription du marae au patrimoine mondial de l’UNESCO. Cette journée s’est déroulée notamment en présence du Haut-commissaire, René Bidal, et du maire de la commune de Taputapuatea, Thomas Moutame.

 

Après avoir déclamé une version du paripari fenua à partir duquel la candidature de labellisation de Taputapuatea a notamment été élaborée, le Président Fritch a rappelé sa vive émotion, à Cracovie, en Pologne, le 9 juillet dernier, lors de l’annonce de l’inscription du site parmi les 1073 biens répertoriés par l’UNESCO, toutes catégories confondues. « Quelle formidable reconnaissance pour la Polynésie, pour le peuple polynésien en particulier, mais aussi pour le patrimoine culturel polynésien que représente, en tant que tel, Taputapuatea », a souligné Edouard Fritch.

 

Il a tenu à remercier toutes les personnes qui ont contribué à faire aboutir cette reconnaissance mondiale, à commencer par l’Etat qui a soutenu la candidature de Taputapuatea, la communauté de l’île de Raiatea ainsi que l’ensemble des forces vives qui ont œuvré pour ce projet. Edouard Fritch a également remercié l’initiateur de la demande d’inscription, Maco Tevane, trois anciens détenteurs de savoirs traditionnels d’Opo’a, le maire et président du comité de gestion du dossier Taputapuatea, Thomas Moutame, le chef de projet du conseil d’expert, Richard Tuheiava, qui a réactivé le dossier à travers la jeune chambre économique et l’association Na papa e vau, et enfin Jean-Brice Herrendschmidt, principal artisan de la qualité du dossier présenté à l’UNESCO.

 

Cette labellisation est le commencement d’une nouvelle étape, puisqu’elle engage des objectifs de préservation et de valorisation du bien, en adéquation avec les recommandations de l’UNESCO. « Pour l’heure, tout reste encore à faire et l’étendue du paysage culturel de Taputapuatea à préserver, d’une superficie globale de plus de 5000 ha, sera notre principal défi », a expliqué le Président. En outre, un accueil des visiteurs ainsi que des structures d’hébergement seront à mettre en place, en fonction du nouvel attrait touristique généré par le site.

Le Président a indiqué qu’un plan d’action, sous l’égide du ministère de la Culture, était d’ores et déjà en cours. Ce dernier consiste à aménager le site du marae Taputapuatea de façon à canaliser le flux de visiteurs depuis Fare’ofe, où sera organisé leur accueil. Ces aménagements, comme celui en cours sur le front de mer, seront menés en collaboration avec les autres ministères concernés, dont celui du Tourisme, mais aussi avec la commune de Taputapuatea.

 

Enfin, Edouard Fritch a sollicité l’accompagnement de l’Etat dans la mise en œuvre de ce plan d’action, dans le cadre de la convention relative à la Culture signée en mars dernier, à Paris.

 

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles

 

  •  
  •