Ministère des Solidarités

Le ministre des Solidarités et de la santé, Jacques Raynal, et la directrice des affaires sociales, Christiane Ah-Scha, ont rencontré, à Paris, la directrice interrégionale de la protection judiciaire de la jeunesse. Au programme, plusieurs sujets dont notamment la mise en place d'un service d'investigation éducative en Polynésie française, seul territoire français à ne pas en disposer.


Ce dispositif assurera la mise en œuvre de mesures judiciaires d'investigation éducative, dont l'objectif est de recueillir des éléments sur la personnalité d'un mineur, sur sa situation familiale et sociale et sur les effets éventuels d’une situation conflictuelle sur sa personnalité et son devenir.


Ces éléments permettent ensuite au Juge (dans le cadre de l'ordonnance relative à l'enfance ou de la protection de l'enfance) de vérifier si les conditions d'un accompagnement en assistance éducative sont réunies et de proposer si nécessaire, des réponses en termes de protection et d'éducation, adaptées à la situation de l'enfant ou de l’adolescent.


Lors de cet entretien, la direction interrégionale de la protection judiciaire de la jeunesse (DIR/PJJ) s'est dite prête à participer au financement de ce dispositif à hauteur de 50%, pour la prise en charge du volet pénal. La mise en place de ce dispositif serait une réelle plus-value dans la prise en charge de l'enfance délinquante et de l'enfance en danger en Polynésie française puisqu'il s'agirait de consacrer une équipe pluridisciplinaire (psychologues, éducateurs spécialisé, travailleurs sociaux) à une évaluation précise de la situation de l'enfant pour ensuite proposer un plan d'accompagnement au plus près de la réalité et des besoins de l'enfant. Le mineur évalué sera considéré comme un enfant ou un adolescent avant d'être considéré comme un agresseur ou une victime.

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles

 

-www.net.pf

 

-www.innovation-publique.pf