Ministère des Ressources primaires

Le ministre du Développement des ressources marines, Tearii Alpha, a présenté, mercredi, dans les locaux de son ministère, en présence de responsables du bureau d’études Aqualog, actuellement en mission en Polynésie, le projet de « zone biomarine de Faratea ».

 

Le gouvernement de la Polynésie française souhaite en effet développer un pôle de développement aquacole dans le cadre d’un lotissement aquacole dénommé « Zone biomarine de Faratea ». Il consiste à mettre en place et organiser une zone à vocation aquacole et avec activités connexes associées, qui proposera aux futurs utilisateurs, des terrains viabilisés, adaptés à leurs activités.

 

Le projet permettra de répondre en partie à la problématique majeure du développement de l’aquaculture en Polynésie française comme le manque d’espace dédié à cette activité, mais aussi de faire des économies d’échelle en mutualisant certains investissements collectifs (prise d’eau de mer, traitement des eaux, émissaire, hangars, étude d’impact, etc.) ainsi que les dépenses de fonctionnement telles que le gardiennage, l’entretien et la maintenance des installations.

 

Dans cette optique, le gouvernement a dédié un terrain d’une superficie de plus de 35 hectares dans la zone de développement de Faratea, au nord de la presqu’île de Tahiti, attenant à la zone industrielle actuellement peu exploitée, dont les activités devront être compatibles avec celles de la zone biomarine.

 

Une consultation de plusieurs bureaux d’études spécialisés dans les aménagements aquacoles a été lancée en mars dernier. Le bureau d’études Aqualog, associé à la société locale d’ingénierie, H2O, a été désigné par le Pays pour mener l’étude de conception et de programmation du lotissement aquacole.

 

Aqualog effectue actuellement sa première mission, du 27 août au 3 septembre, afin d’étudier les contraintes et les avantages liés au site mais aussi pour rencontrer toutes les parties prenantes publiques et privées afin de mieux cerner les attentes et les besoins de chacun. L’ensemble de la prestation devra être achevé en janvier 2018 afin de passer à la phase de maitrise d’œuvre et de commencer le chantier d’aménagement dans le courant du 1er semestre 2018.

 

L’aménagement de la zone biomarine s’inscrit dans une optique de développement durable dans le cadre d’un projet de labellisation en adossement à un pôle Mer de compétitivité métropolitain à vocation internationale. Le projet de la zone biomarine de Faratea devrait également intégrer des normes notamment environnementales devant permettre aux entreprises aquacoles de développer des certifications ou des normes de qualité au niveau des procédés et des produits aquacoles envisagés.

 

Suite à l’appel à projets, lancé en fin juin, six sociétés ont répondu et proposé 7 projets concernant l’élevage de crevettes, de poissons, de crabes, de bénitiers ou de projets multiactivité tels que l’aquaponie ou des élevages associés à d’autres possibilités de création d’activité (tourisme, restauration).

 

L’analyse de ces projets est en cours par le bureau d’études qui mettra cette première mission à profit pour affiner les besoins des investisseurs et discuter des conditions les plus appropriées pour la gestion du site. Enfin, la zone biomarine de Faratea devrait par la suite pouvoir accueillir d’autres projets d’aquaculture et de valorisation des ressources marines.

 

Dossier de presse

 

Zones Biomarines

 

 

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles

 

-www.net.pf

 

-www.innovation-publique.pf