Ministère de la Culture

Le ministre de la Culture et de l’Environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, était présent, vendredi après-midi, à la Présidence, à la remise des prix du concours « Création et développement d'entreprises dans le domaine de l'économie circulaire », organisé par la Direction de l’environnement (DIREN).

 

Le premier prix a été attribué à Fabien Vavasseur de VDM Charpente pour son projet sur la valorisation de déchets de bois en lamellé-collé, tandis que le 2ème prix est revenu à Olivier Duret de Agri Ananahi pour son projet de construction à Tahaa d’une éco-distillerie de rhum s’approvisionnant en canne à sucre produite sur l’île.  Le 3ème prix a été attribué à Hervé Roncin de Pacific Ortho pour le recyclage, la production et la découpe de polystyrène expansé principalement pour l’aménagement d’accès handicapé

L’économie circulaire est définie comme un système économique d’échange et de  production  qui, à  tous les  stades  du  cycle  de  vie  des produits (biens et services), vise à augmenter l’efficacité de l’utilisation des ressources et à en diminuer l’impact sur l’environnement. Lancé le 17 août dernier, ce concours avait pour objectif d’encourager le développement d’innovations visant à améliorer l’éco-conception, la réutilisation, le recyclage et la valorisation de déchets.

 

Le jury du concours était composé de la Direction de l’Environnement, qui assurait la présidence du jury, de la CCISM, l’ADEME, la SOFIDEP et l’association Tahiti Fa’ahotu.

 

Les 21 dossiers réceptionnés par la Direction de l'environnement ont fait l’objet d’une notation par les membres du jury selon les critères suivants, avec un bonus octroyé aux projets localisés en dehors de Tahiti : 

 

-          la crédibilité et expertise du ou des candidat(s)

-          la viabilité du modèle économique et crédibilité du plan de financement présentés

-          la pertinence des objectifs commerciaux (marchés ou segments de marchés visés, produits et services envisagés, parts de marchés et volumes espérés, etc.)

-          la création ou développement de nouveaux produits ou services

-          le développement d’avantages concurrentiels dans les secteurs concernés

-          l’impact en termes d’activité économique et d’emploi à un horizon de 3 ans

-          les impacts écologiques et énergétiques

-          la qualité des partenaires industriels et académiques du projet

 

 

 

 

Sur l’ensemble des dossiers, il y avait un projet concernant l’île de Tahaa. Onze dossiers ont porté sur de la création d’entreprise et dix sur du développement d’activités déjà existantes et concernaient des secteurs d’activités divers : rhumerie, culture en aquaponie, dans le secteur primaire, valorisation de divers sous-produits (chutes de bois, déchets végétaux, polystyrène expansé, déchets plastiques, déchets d’équipements électriques et électroniques), fabrication de sacs de courses en tissu, dans le secteur secondaire, vente de produits en vrac, traitement céramique, plateforme de covoiturage, conseil et accompagnement de projets en économie circulaire, phyto-épuration des eaux usées dans le secteur tertiaire.

 

Après l’examen de l’ensemble des dossiers, les porteurs des dix projets les mieux notés ont été auditionnés par le jury le 25 octobre dernier. Les sept meilleurs dossiers ont reçu des prix allant de 5 millions Fcfp pour le premier prix, à 4 millions Fcfp pour le 2e prix, 3 millions Fcfp pour le 3e prix et 500 000 Fcfp ont été octroyés aux 4e 5e 6e, et 7e places. Le nombre, la diversité et la pertinence des projets présentés montrent le dynamisme des entrepreneurs locaux en matière d’économie circulaire et d’innovation.

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles

 

-www.net.pf

 

-www.innovation-publique.pf