Ministère de la Culture

Le ministre de la Culture, de l’environnement, de l’artisanat et de l’énergie et des mines, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a ouvert mardi, à Fakarava, le séminaire « Te puke ora no Fakarava », qui célèbre cette année une occasion toute particulière, celle du renouvellement du label de la réserve de biosphère de la commune de Fakarava, comprenant les 7 atolls de Aratika, Fakarava, Kauehi, Niau, Raraka, Taiaro et Toau.

 

Cette dernière est à l’heure actuelle l’une des plus anciennes réserves de biosphère françaises et une des plus grandes du réseau national.

 

L’objectif de ce séminaire est le partage d’expérience sur un outil de gestion environnemental spécifique, qui existe depuis 2006. Les impacts aujourd’hui les plus visibles sont la reconnaissance de Fakarava comme site international de plongée sous-marine et le développement d’une économie locale par l’augmentation de la fréquentation touristique, passée de 2 000 à 14 000 entre 2006 et 2016.

 

Les discussions porteront principalement sur le mode de gouvernance, les changements, les succès et les difficultés rencontrés au cours des dix années écoulées. Des visites de terrain et des rencontres avec les acteurs socioéconomiques de la réserve permettront des échanges constructifs.

 

Des représentants du comité MAB (UNESCO’s Man And Biosphere programme) France ont fait le déplacement afin d’évaluer la gestion de la réserve et communiquer la décision de renouvellement du 29ème comité international UNESCO. En outre, l’évènement accueille cette année des représentants de 16 pays du Pacifique, de l’UICN (Union nationale pour la conservation de la nature) et des représentants des services et organisations locales. Il s’inscrit dans le cadre des rencontres annuelles organisées depuis trois ans afin de renforcer la collaboration régionale en matière de conservation et protection des espèces et des espaces marins.

 

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles

 

-www.net.pf

 

-www.innovation-publique.pf