Ministère de l'Education

Nicole Sanquer-Fareata, ministre de l’Education, de la Jeunesse et des Sports, en charge de l’enseignement supérieur a été reçue, mercredi, à Paris, par Ericka Bareigts, ministre des Outre-mer.

 

Au centre des échanges très cordiaux, le cofinancement Etat/Pays de deux chantiers de construction de structures sportives à Hitiaa et Papara, ainsi que la formation continue des cadres « Jeunesse et sports » du Pays. A cette occasion, la ministre des Outre-mer a tenu à exprimer son soutien et sa solidarité aux victimes des dernières intempéries en Polynésie française.

 

Nicole Sanquer-Fareata, accompagnée de Gérard Dubois, chef de la Mission d’Aide et d’Assistance technique (MAAT), a proposé le cofinancement Etat/Pays des projets de construction d’un complexe sportif à Hitiaa, ainsi que d’un centre technique de surf et de Beach Soccer à Papara, plus précisément à Taharuu.

 

Elle a ainsi souhaité leur inscription au Fonds Exceptionnel d’Investissement (FEI). Ce fonds, doté d’une enveloppe annuelle de dix millions d’euros est destiné à aider les territoires d’Outre-mer à financer une mise aux normes, voire une construction d’infrastructures sportives. Le plan de financement s’étale sur quatre ans.

 

Plan de formation pour « Océaniser nos cadres »

 

Ericka Bareigts a indiqué que les deux dossiers seraient bien examinés, en février, en commission d’arbitrage. « Ces deux opérations avaient déjà un plan de financements. Elles sont présentées au FEI dans l’espoir d’une participation plus forte de l’Etat », a confié Nicole Sanquer-Fareata.

 

Le permis de construire de Hitiaa a été déposé ce mois-ci. Le démarrage des travaux est espéré en mai ou juin de cette année. A Papara, la construction devrait intervenir au cours du premier semestre 2017.

 

Enfin, Nicole Sanquer-Fareata a souhaité formaliser la possibilité pour les cadres « Jeunesse et sport » polynésiens de s’inscrire au plan de formation national : « C’est pour nous une opportunité de former et océaniser nos cadres », a assuré la ministre, avec pour objectif leur permettre de suivre des formations en métropole.

 

Lors de sa mission à Paris, la ministre de l’Education va, de surcroît auditionner, durant quatre jours, une quarantaine de candidats à des postes de chef d’établissement ou chef d’établissement adjoint. Pour la rentrée scolaire, vingt postes sont ouverts en Polynésie. Cette étape fait suite à celle des mutations internes menées en ce tout début d’année.

 

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles