DISCOURS

Discours du Président Edouard FRITCH

Ouverture de la conférence économique

Mardi 24 Octobre 2017

 

 

Monsieur de Haut-commissaire de la République en Polynésie française ;

Monsieur le Président de l’Assemblée de la Polynésie française ;

Monsieur le Vice-président du Gouvernement ;

Mesdames et Messieurs les Ministres ;

Mesdames et Messieurs les élus de la Polynésie française ;

Mesdames et Messieurs les représentants des organisations patronales et syndicales ;

Mesdames et Messieurs les chefs d’entreprises, les universitaires ;

Mesdames et Messieurs, mes chers amis,

 

 

Ia orana et Manava,

 

Nous sommes réunis aujourd’hui pour l’ouverture de la 4ème conférence économique de la Polynésie française, et je suis ravi de vous accueillir dans le salon d’honneur de la Présidence de notre Pays.

 

Cet événement, organisé deux fois par an depuis 2016 par le Gouvernement, est désormais inscrit dans le calendrier des rencontres officielles des représentants du Pays avec les acteurs économiques du Fenua.

 

C’est en effet un lieu d’échange privilégié avec l’ensemble des acteurs économiques et sociaux du Pays, afin de dresser un bilan de la situation économique et de déterminer les perspectives de développement pour l’avenir de notre Fenua.

 

Je voudrais à cet effet, vous remercier tous pour votre présence ce matin.

Merci à vous, les chefs d’entreprises, les universitaires, les étudiants, les représentants des services publics de l’Etat et du Pays, ainsi qu’à tous ceux qui nous ont rejoints ce matin à titre individuel.

Vous marquez par votre présence votre mobilisation indéfectible à poursuivre ensemble notre désir commun d’améliorer la situation économique et sociale de notre Pays.

Merci aux représentants du MEDEF, de la CGPME, de l’ensemble des organisations patronales représentées ce matin, aux représentants de la CCISM, pour vos propositions, qui nous permettent d’enrichir et de renforcer nos dispositifs de développement de notre Fenua.Le Gouvernement sait pouvoir s’appuyer sur votre contribution et votre dynamisme pour la refondation de notre modèle économique.

Je remercie également les représentants des organisations professionnelles qui se sont pleinement investis dans les travaux en atelier organisés par le Vice-président, Monsieur Teva ROHFRITSCH, et ses équipes, depuis le mois de septembre dernier. Nous aurons l’occasion et le plaisir d’assister, cette après-midi, à la restitution de ces travaux.

Mes remerciements vont également à l’ensemble des élus présents aujourd’hui. Nous le savons, notre objectif commun est de travailler dans l’intérêt de nos populations et de nos entreprises, avec pour cible, la dynamisation de notre économie et le retour au plein emploi.

 

*****

 

Lors de l’ouverture de la session budgétaire à l’Assemblée de la Polynésie française, j’annonçais que notre économie montrait des signes incontestables d’amélioration. C’est également le constat fait par nos deux instituts, l’ISPF et l’IEOM, qui viendront présenter leurs observations sur la situation économique polynésienne.

Le redressement de notre économie est bien réel, n’en déplaise à certains. Elle se consolide, se renforce, et elle progresse jour après jour.

C’est bien entendu une grande satisfaction pour le Gouvernement, et je le crois, pour les entreprises également. En effet, ensemble, nous ne ménageons pas nos efforts pour retrouver une situation économique prospère, telle qu’elle a pu être atteinte au début des années 2000. Je veux tous nous féliciter : Membres du Gouvernement, élus, acteurs économiques publics et privés.

Ces résultats encourageants sont le fruit de notre travail collectif, chacun dans son rôle, au bénéfice de l’intérêt général.

Sans trop empiéter sur les présentations qui vont suivre, je souhaite cependant évoquer quelques points marquants de notre situation économique :

L’indicateur du climat des affaires reste plus élevé que sa moyenne de longue période, pour atteindre son plus haut niveau depuis près de 20 ans. Ceci démontre le retour de la confiance des investisseurs.

L’économie accélère sa croissance avec une hausse de 7% du chiffre d’affaires des entreprises.

Le commerce, le tourisme et la restauration sont les secteurs pour lesquels les indicateurs de croissance sont les plus marquants.

Le secteur automobile se porte mieux avec la progression des ventes de voitures particulières. La mise en place des dispositifs combinés de baisses des taxes et « véhicules propres » ont indéniablement contribué à soutenir ce secteur.

Plus important me semble t-il, les ménages polynésiens ont pu remplacer leurs anciennes voitures vétustes, qui comportaient, en grande partie, des risques avérés de sécurité.

La Polynésie a accueilli plus de 190 000 touristes sur une année glissante. Certes nous n’avons pas encore atteint le niveau des meilleures années, pour l’instant, mais cela ne saurait tarder.

La progression du coefficient de remplissage des chambres contribue à l’amélioration des chiffres d’affaires du secteur de l’hôtellerie et des services touristiques.

On note par ailleurs, une hausse sensible du chiffre d’affaires des entreprises au cours du 1er semestre 2017, une tendance qui devrait se poursuivre pour le second semestre.

Avec ces résultats encourageants, les entreprises ont créées près de 1200 emplois, notamment dans les secteurs de l’hôtellerie- restauration et celui de la construction.

La consommation des ménages est en nette progression du fait notamment de la stabilité des prix conjugué à l’amélioration sur le marché du travail et à la hausse des salaires.

Enfin, sur le plan fiscal, le Pays enregistre une croissance marquée de ces recettes, alors que le Pays a respecté son engagement de baisse du taux de l’IS. C’est donc bien le signe que l’activité économique dans notre pays est en croissance.

Vous le voyez, chers amis, ces résultats sont réellement encourageants. Ils nous confortent à poursuivre et renforcer nos efforts pour œuvrer au quotidien à la dynamisation de notre économie.

Comme je l’ai déjà annoncé, le Gouvernement s’engage à réaliser sa part de travail au bénéfice de la croissance économique. Ainsi, ai-je souhaité que les membres du Gouvernement priorisent dans le cadre du prochain budget les 3 orientations stratégiques suivantes : Renforcer la dynamique de croissance économique, déployer toutes mesures d’incitation à la création d’emplois dans le secteur privé, et accroitre l’efficience de l’administration en matière de réalisation de la commande publique.

Depuis maintenant deux exercices, le Gouvernement a clairement fait le choix de soutenir l’économie polynésienne en renforçant les dispositif en direction du secteur privé : le vice-président précisera les contours mais je veux rappeler la mise en œuvre du plan d’action économique dont l’objectif consistait à dynamiser l’activité à court terme et la mise en œuvre d’un programme exceptionnel d’investissement pour le financement des opérations programmées à court et moyen terme.

Le Gouvernement va aussi proposer un train de mesures fiscales qui ont été évoquées par les différents ateliers de la conférence économique du mois de Mai dernier. Nos objectifs en la matière ont consisté notamment à simplifier les procédures fiscales, harmoniser notre réglementation pour plus d’équité fiscale, renforcer la compétitivité des entreprises et enfin inciter les entreprises à l’investissement et à la création d’emplois. Notre vice-président présentera le train de mesures fiscales envisagées.

Chers amis, comme vous pouvez le constater, le Gouvernement ne reste pas les bras croisés.

La stratégie économique de mon gouvernement est limpide. Nous demeurons mobilisés dans l’action, aux cotés des entreprises, pour que l’économie poursuive son redressement par le secteur privé.

 

En ouverture de cette conférence, j’émets le vœu qu’ensemble nous puissions trouver les solutions pour stimuler la création d’emplois dans notre pays. Avec le retour à une meilleure situation économique, tant pour le pays que pour les entreprises, le temps, me semble t-il, est venu pour notre économie de créer des emplois en nombre.

Je porterai, comme à l’accoutumée, une attention toute particulière aux pistes de réflexion qui seront dégagées pour dynamiser l’emploi, mais également pour renforcer la compétitivité et l’activité des entreprises.

Pour en revenir à notre conférence, après les discours d’introduction, les directeurs de l’ISPF et de l’IEOM présenteront la situation économique et financière de notre Pays. Le vice-président viendra ensuite présenter un bilan intermédiaire et les perspectives du budget 2018. Nous consacrerons ensuite un temps au débat.

L’après-midi sera consacrée à la restitution des travaux menés en ateliers depuis le mois de septembre, autour des thématiques du développement des exportations et de l’investissement des entreprises. Je voudrais à nouveau remercier les représentants des organisations professionnelles qui ont bien voulu contribuer à ces travaux. Merci pour votre implication et votre disponibilité.

 

*****

 

Chers amis, nous allons vivre notre dernière conférence économique de la mandature puisqu’au mois de mai prochain, une nouvelle majorité sera au commande de notre Pays. Je veux rappeler que notre ambition a toujours consisté à faire confiance aux entreprises pour dynamiser notre économie. Nous sommes persuadés que c’est par l’activité des entreprises que nous serons en capacité d’améliorer les conditions de vie de nos populations. C’est à notre sens, la meilleure stratégie que tente d’ailleurs de mettre en œuvre toutes les communautés démocratiques de notre monde.

Notre patrimoine humain et notre environnement naturel exceptionnel sont autant de richesse et d’opportunité de développement. Cet héritage, nous en sommes collectivement les garants et notre devoir est de le transmettre dans les meilleures conditions à nos enfants, comme nous l’avons reçu de nos parents. C’est donc bien collectivement, que nous réussirons à surmonter les défis et les difficultés qui ne manqueront pas de s’élever sur le chemin de notre destin commun.

Dans quelque temps, nous entendrons probablement certaines personnes prôner une redistribution des richesses par le pouvoir politique. Je veux vous le dire, nous souhaitons, pour ce qui nous concerne, que ce rôle soient confié aux acteurs économiques, et ce gouvernement sera à leur coté pour promouvoir cette vision du développement de notre pays au bénéficie de tous. Tout autre schéma de développement ne nous semble pas crédible à long terme.

 

Je suis, à titre personnel, confiant dans notre avenir. Avec le Gouvernement, nous souhaitons poursuivre notre logique de développement commencé depuis ma prise de fonction.

Nous le constatons jour après jour, l’objectif de redressement de nos comptes publiques est globalement atteint. Nous sommes désormais dans le temps de la croissance économique. A cet effet, les indicateurs économiques montrent que la situation du pays est revenue au niveau des bonnes années d’avant l’instabilité politique et la crise financière. Je ne le cache pas, des efforts doivent encore être faits dans certains domaines, et croyez moi, nous nous y attèlerons.

Il nous faut maintenant consolider les résultats et créer des opportunités d’emplois pour ceux qui nous regardent et qui espèrent contribuer à la croissance économique et sociale de notre Polynésie. A ce titre, les résultats de l’enquête sur les budgets des familles sont édifiants. Il est de notre responsabilité d’apporter des réponses adaptées. Notre communauté compte sur notre mobilisation collective.

 

Je souhaite à tous des réflexions fructueuses durant cette conférence économique.

 

Mauruuru maitai !

 

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles