DISCOURS

MOTS DU PRESIDENT FRITCH

RECEPTION DE DEPART DU CONSUL DE LA REPUBLIQUE POPULAIRE DE CHINE

 

 

Monsieur le Consul,

Monsieur le Président de l’Assemblée,

Monsieur le Sénateur,

Monsieur le Député,

Mesdames et messieurs les Ministres,

Mesdames et messieurs les Représentants, présidents de groupe à l’Assemblée,

Monsieur le Président du Conseil, économique, sociale et culturel,

Chers amis,

 

 

 

Monsieur le consul,

 

Nous sommes très heureux de vous accueillir à la présidence parmi les plus hauts responsables institutionnels de la Polynésie française.

 

Vous nous avez informés, il y a quelques jours, que vous avez reçu une nouvelle affectation professionnelle. Permettez-moi, au nom de l'ensemble des autorités présentes, de vous souhaiter nos meilleurs encouragements et une bonne réussite pour la suite de votre carrière.

 

Nous garderons de vous l'image d'un bon consul, ouvert et ayant toujours cherché à construire de bonnes relations entre nos deux pays. Vous nous avez été de bon conseil sur certains dossiers et notamment sur celui de la ferme aquacole de Hao. En résumé, monsieur le consul, nous avons beaucoup apprécié de travailler avec vous.

 

Il n'y a jamais eu de tension entre nous. Au contraire, vous avez toujours eu les mots, le sourire qu'il faut, au bon moment et au bon endroit. Vous êtes un bon diplomate.

 

Je devine aussi que vous quitterez la Polynésie française avec un regret ou une petite déception, celle de n'avoir pas pu finaliser le dossier de construction du siège de votre consulat à Papeete. A cet égard, sachez que nous confirmons notre intérêt à la présence d'un consulat de la République populaire de Chine à Papeete. Nous continuerons à travailler sur ce dossier avec vos équipes du consulat. J'espère que vous pourrez être présent à nos côtés le jour de l'inauguration de ce consulat.

 

Enfin, je réaffirme, monsieur le consul, que la Polynésie française, de part son ancrage dans le Pacifique, est un pays qui cherchera toujours à coopérer avec ses Voisins, petits et grands de cette région. Je considère que la Chine, comme l'Amérique, sont nos deux grands voisins du grand bassin Pacifique. Nous souhaitons participer  à la construction de la "route maritime de la soie". A cet effet, nous chercherons à coopérer avec la Chine et des investisseurs dans un esprit nécessairement gagnant - gagnant.

 

Monsieur le consul, vous serez toujours le bienvenu en Polynésie française. Bon retour en Chine et soyez heureux pour la suite de votre carrière.

 

Je vous remercie.

 

 

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles