DISCOURS

Allocution du Président Edouard FRITCH

Fête de l'Année du Coq de feu

Dimanche 05 février 2017

 

 

 

Monsieur le président de Si Ni Tong,

Monsieur le président de l’Assemblée de la Polynésie française,

Monsieur le vice-président,

Mesdames et messieurs les ministres,

Monsieur le président du Conseil Economique et Social,

Monsieur le maire de Papeete,

Mesdames et messieurs les représentants,

Monsieur le consul de Chine,

Mesdames et messieurs les présidentes et présidents d’association,

Mesdames et messieurs les membres du bureau de Si Ni Tong,

Mesdames et messieurs,

Chers amis,

 

 

Le singe de feu a laissé sa place au coq de feu. Je vous souhaite à chacune et à chacun d'entre vous, à vos familles et à vos proches, tous nos meilleurs vœux de santé, de réussite et de prospérité. Que la paix et l'harmonie règnent dans vos familles.

 

Pour cette année du coq de feu, les uns nous prédisent une année d'honnêteté et de pragmatisme. D'autres, une année mouvementée. D'autres encore, une année marquée par la recherche de progrès, de l'honneur et de l'intégrité. Un autre oracle nous dit que le triomphe et le succès ne pourront être décrochés qu'au prix d'efforts soutenus et orientés. Et puis, un autre nous annonce une année de droiture et de justice.

 

En fait, toutes les prédictions que je viens de citer et que j'ai trouvé dans diverses documentations sont toutes positives. Les oracles sont des encouragements à être meilleurs chaque année de notre vie, que ce soit à titre individuel ou collectif. Je suis sûr que tous les signes de l'horoscope chinois sont bons puisque les douze animaux, avec leurs qualités et leurs défauts, ont répondu à l'appel de Bouddha ou de l'empereur de Jade pour des objectifs socialement utiles et nobles, selon la légende.

 

Ce que je retiens, c'est que chaque être vivant, avec ses défauts et ses qualités, peut avoir sa place, son utilité et sa noblesse dans une communauté.

 

C'est en quelque sorte ce que la communauté chinoise de Polynésie a su démontrer depuis 1865, date à laquelle vos premiers aïeux ont touché la terre de Atimaono.

 

Je ne cesserai de remercier votre communauté pour tous les efforts et l'intelligence que vous avez déployés pour réussir votre intégration.

 

Bien sûr, le peuple polynésien est un peuple hospitalier, tolérant et ouvert. Mais, il est naturellement ouvert et généreux si les invités lui font également preuve de respect et de considération. C'est cette attitude qui a dominé dans les relations que vous avez tissées avec les polynésiens depuis 150 ans.

 

Je salue en passant, l’association Varua Tupuna et son président Roland SAM pour avoir organisé, malgré toutes les difficultés, la célébration du 150ème anniversaire de l’arrivée des premiers groupes de chinois en Polynésie.

 

Cette intégration sociale et économique réussie a permis de préserver les équilibres communautaires et sociaux dans ce pays.

 

Vous n'avez pas été des perturbateurs dans ce pays. Vous n'êtes pas venus dans ce pays pour imposer votre religion aux Polynésiens, ou pour tenter de nous imposer votre modèle de civilisation. Vous êtes juste venus avec votre soyou, votre vermicelle chinois, votre hao you,… tout cela a créé le maa tinito haricot rouge qui est devenu le plat le plus familial des Polynésiens. Est-ce que je me trompe ?

 

Je remercie le président de Si Ni Tong, notre ami Didier CHANZY, et l’ensemble des membres de son bureau pour la parfaite organisation de ces fêtes de nouvel an. Je remercie l’ensemble des associations philanthropiques qui composent la fédération Si Ni Tong pour votre cohésion et votre sens de l’unité.

 

Vous le savez, la communauté chinoise polynésienne est reconnue pour son sens de la famille et la valeur du travail. Ce sont ces valeurs qui vous ont permis d'être discrets et de faire votre chemin sans gêner qui que ce soit. Grâce à ces valeurs, discrétion, travail, vos enfants ont peu à peu gagné les places stratégiques qu’ils occupent aujourd’hui. Je vous exhorte de tout faire pour les préserver et les transmettre non seulement à vos descendants mais à toute notre société.

 

Quoi de plus noble, dans une société, que de promouvoir et d’amplifier les valeurs de la famille et du travail. La famille est l'espace naturel de la paix, de l’amour et de la solidarité. Le travail est l'espace de la réussite et du progrès. Les valeurs positives de la famille et du travail sont complémentaires pour une bonne fondation de notre pays.

 

Chers amis, la fête du nouvel an chinois est pour moi l'occasion de rappeler ce qui nous unit, de rappeler que l'harmonie sociale de notre société n'est pas le fruit d'un hasard ou d'une chance. Il est le fruit d'une construction patiente et réfléchie sur le long terme de la part de vos grands-parents ou de vos parents.

 

C'est un héritage que nous devons, que vous devez avoir conscience afin de capitaliser ces acquis pour construire l'avenir. Pour ma part, rien n'est définitivement acquis. L'histoire nous montre régulièrement que ce qui est acquis aujourd'hui peut être remis en cause violemment demain.

 

C'est pourquoi, nous devons nous occuper de notre jeunesse afin de leur transmettre les valeurs positives de notre vie collective. Aidez-moi, aidez-nous à partager et à transmettre ces valeurs.

 

Nous sommes les premiers responsables de nos enfants car, de toute évidence, c’est nous qui les avons créés. Ce sont les fruits de notre acte d’amour car nous étions nécessairement deux pour les faire. Faisons ensemble que cet acte d’amour qui donne la vie, reste toujours et encore le plus beau dans chacune de nos vies.

 

A la fin de l'année du signe de feu, des pluies diluviennes se sont abattues sur Tahiti, provoquant ainsi des dégâts importants dans quelques communes de la zone urbaine allant de Mahina à Paea.

 

Encore une fois, les Polynésiens ont été à la hauteur de leur réputation. Une grande chaîne de solidarité s‘est immédiatement mise en place. Toute la Polynésie s’est sentie concernée par le malheur subi par une partie de nos populations. Tout le monde s’est donné la main pour être au secours de ceux qui ont besoin d’être soutenus. Et je sais que vous avez été nombreux à le faire. Comme d’habitude, vous l’avez fait dans la discrétion sans tambour, ni presse, mais avec beaucoup d’affection et de solidarité pour vos compatriotes.

 

Les valeurs chrétiennes que nous partageons ont pu s’exprimer admirablement dans ces moments de crise. Ne dit-on pas que c’est dans le malheur que l’on reconnaît ses vrais amis. Oui, toute la Polynésie s’est sentie amie avec les familles qui ont subi les calamités de la fin du mois de janvier dernier.

Je remercie la grandeur d’esprit de nos confessions religieuses chrétiennes qui continuent, par leurs actions et par la formation, à partager les valeurs humaines qui fondent notre communauté de vie.

 

Je ne cesserai d’affirmer que l’un des facteurs qui permet à la Polynésie française de se préserver de certains phénomènes fanatiques ou extrémistes que l’on voit dans les actualités, c’est sa forte imprégnation des valeurs chrétiennes fondées notamment sur le respect de l’individu et de sa dignité.

 

Et si, en plus, cette année du Coq de feu favorisera la droiture, la justice, le progrès et l’intégrité. Ce sera parfait.

 

Mes chers amis, je n’oublie pas que les intempéries que j’ai évoquées tantôt, ont également causé des dommages à de nombreux commerces au centre-ville de Papeete. Sans doute que certains de ces commerçants sont avec nous ce matin. A ces sinistrés, je leurs exprime toute ma solidarité et tous mes encouragements à ne pas baisser les bras.

 

Notre Vice-président, Teva Rohfritsch, a pris les choses en main. Outre les 50 millions de francs consacrés par la Chambre de commerce en faveur des commerçants sinistrés, je vous confirme que le gouvernement affectera des moyens financiers conséquents complémentaires pour dédommager les commerçants victimes. Je remercie et salue le président Stéphane Chin Loy pour son geste de solidarité envers les victimes. Le Vice-président, Teva Rohfritsch, présidera la Commission de secours du pays et s'occupera des dédommagements économiques avec équité et transparence.

 

En cette année du Coq de feu, et c’est le souhait du promoteur de la ferme aquacole de Hao, monsieur WANG Cheng, nous devrions voir le démarrage du projet au cours de ce premier trimestre. Nous collaborons avec monsieur WANG Cheng et ses équipes en toute honnêteté et intégrité. Le projet aquacole de Tahiti Nui Ocean Foods respecte l’ensemble des exigences de notre règlementation environnementale et urbanistique. Il n’y a pas eu de dérogation aux permis de construire.

 

Je vous avoue que je suis heureux de voir un projet aquacole enfin aboutir dans notre pays. Cela fait près de 40 ans que nous essayons de bâtir une industrie aquacole, depuis l’époque du Cnexo jusqu’à l’Ifremer aujourd’hui. Nous peinons à franchir un seuil industriel qui nous permet de valoriser valablement nos espaces océaniques.

 

Nous formulons l’espoir qu’avec Tahiti Nui Ocean Foods, nous ferons de la Polynésie française un pays mondialement reconnu pour son activité aquacole.

 

Enfin, je terminerai en évoquant, devant vous monsieur le Consul général de Chine, cher monsieur LONG Ling, ma volonté de faire aboutir votre projet de construction du futur siège du consulat de Chine en Polynésie française. Je suis déterminé à affecter à la République populaire de Chine une parcelle de terre de 2400 m2 situé sur le front de mer de Papeete afin que vous puissiez y ériger votre consulat. Nous signerons très bientôt un protocole d’accord qui vous permettra d’entamer les démarches nécessaires auprès de votre hiérarchie en vue de la concrétisation de ce projet.

 

Ce projet tant attendu des polynésiens d’origine chinoise marquera, non seulement la bonne santé des relations entre la Polynésie française et la République populaire de Chine, mais aussi la continuité de l’intégration de la communauté chinoise dans ce pays désormais le leur.

 

Monsieur le Consul, plus que jamais, je vous confirme que la route maritime de la soie passe bien par la Polynésie française, comme la signalé le Vice-président de la Chine, monsieur LI Yuanchao, lors de notre rencontre à Pékin.

 

Chers amis polynésiens de la communauté chinoise, je vous souhaite une agréable journée de fête.

 

KIUNG HI FAT TCHOY

 

SIN GNEN KWAI LOK

 

 

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles