DISCOURS

Allocution du Président Edouard Fritch

Cérémonie de clôture

SEMAINE DE l’INNOVATION PUBLIQUE

Le vendredi 18 novembre 2016

 

 

 

Monsieur le Haut-commissaire,

Monsieur le président du CESC,

Mesdames et messieurs les ministres,

Mesdames et messieurs les représentants de l’APF,

Mesdames et messieurs les responsables administratifs,

Mesdames et messieurs les agents de l’Etat, du pays ou des communes,

Mesdames et messieurs, Cher amis,

 

Nous voici arrivés au terme de la semaine de l’innovation publique et c’est un honneur et un plaisir de vous accueillir à la présidence pour cette cérémonie de clôture.

Comme nous avons pu le voir tout au long de la semaine, cet évènement a de nouveau rencontré un franc succès.

En ce qui concerne la participation du Pays, je retiens en premier lieu le lancement, ce mardi 15 novembre 2016, du portail numérique et de 5 premiers télé services. Cette date marque donc l’entrée de notre Administration dans l’ère numérique. Enfin !

 

Je retiens également la présentation des robots conversationnels ou assistants virtuels de recherche, par le vice-rectorat, la conférence sur l’open data par le CESC, et l’exposition réalisée par des collégiens de Tipaerui et des lycéens de Paul Gauguin sur «L’école de demain ». Ces élèves nous ont proposé un voyage dans le futur, mais un futur pas aussi éloigné que l’on pourrait le croire.

Je remercie les organisateurs, les intervenants, les  étudiants réalisateurs et tous les acteurs de cet évènement, qui, par leur mobilisation, ont permis la pleine réussite de cette semaine.

De la part de l’ensemble du gouvernement, un grand merci et bravo !

En effet, nous pouvons être satisfaits de la qualité de la participation à cette semaine nationale de l’innovation publique. Le film et les bilans qui vont être transmis à Paris nous y représenteront dignement et démontreront tous les talents et les savoir-faire que nous pouvons déployer.

La révolution numérique devient un de nos moteurs principaux d’innovation,

Cependant, je le rappelle, l’e-administration n’est pas une fin en soi. C’est un moyen, efficace et puissant, pour faciliter la réussite des objectifs de notre action gouvernementale visant à mieux servir le citoyen.

Ces objectifs sont ; le développement de services pertinents pour les utilisateurs, qu’ils soient des individus ou des entreprises ; la modernisation des outils mis à disposition des agents ; l’ouverture des données publiques au profit d’une transparence accrue.

Pour atteindre ces objectifs, nous devons pouvoir nous appuyer sur des systèmes d’information performants. Mais la technologie seule ne suffit pas.

Comme j’ai eu l’occasion de le souligner déjà mardi dernier, il importe de revisiter en permanence, afin de les adapter et de les simplifier, les organisations et les méthodes de travail, les réglementations et les procédures de mises en œuvre.

Concernant la dématérialisation, l’objectif de dématérialiser 100% des actes et des procédures à horizon 2025 est, certes, ambitieux, mais me parait atteignable. Vu les enjeux et toutes les actions qui restent à mener pour y parvenir, il faudra structurer soigneusement ce projet et s’assurer qu’il s’inscrive bien dans le cadre du programme de réformes et de modernisation du Pays. Mais ce n’est pas suffisant.

Ainsi, je sais que le Pays pourra compter sur le soutien de monsieur le Haut-commissaire pour permettre à nos télé-services de se développer grâce à la possibilité du télépaiement. Le télépaiement est une action majeure pour faciliter les démarches des usagers polynésiens. Il est largement répandu en métropole. Mais ici, il est actuellement mis en attente des modalités de sa mise en œuvre par nos trésoriers.

Autre thème où une bonne articulation entre services du Pays, services du Haut-commissariat, et services communaux est attendue par nos concitoyens, c’est celui du portail de l’Administration en Polynésie. L’usager ne fait pas la distinction entre le service public du Pays, de l’Etat et communal. Il veut une réponse simple et rapide à ses préoccupations quotidiennes et pragmatiques. Pour accéder à cette attente normale et légitime, c’est à nous de décloisonner et de travailler de concert à la mise en place d’un portail des services publics en Polynésie française.

Je sais que ce sujet a fait l’objet d’échanges entre les techniciens du Pays et ceux de l’Etat. Je félicite les auteurs de ces premières démarches et je les encourage à persévérer pour trouver les moyens de dépasser les multiples contingences institutionnelles.

Il nous faut également élargir le processus aux communes et réussir ce portail unique, au profit de chaque citoyen, tout en garantissant le respect de nos compétences respectives.

Je constate d’ailleurs avec plaisir que certaines communes ont répondu présentes cette année, à cette semaine de l’innovation publique, telle que la commune de Arue, tout comme celle de Punaauia.

Et, plus réjouissante encore fut la mobilisation de municipalités éloignées comme Nuku Hiva, Tubuai, Hao ou, plus proche de nous, celles de l’île de Raiatea.

L’appel à « projet innovant » réalisé cette semaine, et dont le résultat vient de nous être présenté, montre que le partenariat gagne à être élargi aux usagers eux-mêmes, dans une démarche collaborative.

Bravo à notre lauréat : Monsieur Raveneau !

Vous pouvez compter sur moi pour que votre idée devienne une action concrète.

Le bilan de la semaine écoulée, indubitablement positif, à l’aune de celui de 2015 déjà très satisfaisant, est un nouveau défi pour faire encore mieux en 2017.

Le Pays sera prêt. D’ailleurs quatre services se sont déjà inscrits pour la présentation de leurs démarches innovantes lors de l’édition 2017.

Je vous propose donc de nous donner rendez-vous pour la semaine de l’innovation publique 2017.

 

Encore merci à tous,

 

Ma’uruuru.

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles