DISCOURS

L’ADMINISTRATION POLYNESIENNE INNOVE

15 NOVEMBRE 2016

 

Mesdames et messieurs les ministres,

Mesdames et messieurs les représentants de l’APF,

Mesdames et messieurs les responsables administratifs,

Mesdames et messieurs les agents de l’Etat, du pays ou des communes,

Mesdames et messieurs les chefs d’entreprises,

Mesdames et messieurs, Cher amis,

 

C’est un grand plaisir de vous accueillir à la présidence pour la 2éme année consécutive de la journée de la Polynésie française dans le cadre de la semaine nationale de l’innovation publique.

Cette année encore, l’innovation publique est orientée vers le numérique.

Néanmoins, si elle est orientée vers le numérique, elle doit rester centrée sur les usagers, sur les administrés, sur nos citoyens.

Comme nous avons pu le constater lors du forum économique du mois dernier avec les interventions de nos amis du Québec, le numérique peut être un des piliers fondateurs de la refondation de notre économie polynésienne.

Cette transformation numérique touche désormais toutes les entreprises et tous les domaines.

Les représentants des entreprises nous l’ont dit, c’est un facteur essentiel d’innovation concernant le « cœur métier » des entreprises. Les exemples d’Airbnb dans le tourisme, ou Uber dans le monde du transport, sont venus rappeler à quel point le changement de paradigme est complet.

Le numérique est une chance pour la Polynésie française et nous devons la saisir.  

Je l’ai déjà dit, cette transformation numérique est aussi un des leviers majeurs de la modernisation de notre administration. Elle doit nous permettre de renforcer son efficacité et son efficience. Ce sont nos usagers, chefs d’entreprises, administrés, contribuables, citoyens, qui jugeront de cette efficience et de cette efficacité. Comme vous le savez tous, nos usagers d’une manière générale, se plaignent régulièrement des difficultés d’accès aux différents services administratifs, ne serait-ce que pour l’accès aux informations. Cette difficulté est d’autant plus grande et visible pour les usagers qui sont les plus éloignés de Tahiti. Ce sont des réalités que vous connaissez et j’espère que ces facteurs provenant de notre éclatement géographique ont été pris en compte.

Le numérique est l’un des outils puissants de la continuité territoriale et donc de l’égalité de notre territoire. Le sentiment d’égalité, c’est cela qui m’importe.

Il m’importe que les Polynésiens des Marquises, des Australes, des Tuamotu, des Iles sous le vent et des Iles du vent aient le sentiment d’avoir été facilité dans leurs démarches et dans leurs accès aux informations de notre administration.

Votre présence, nombreuse, montre l’intérêt porté à ce sujet et son attrait pour des générations qui ne sont pourtant pas toutes nées avec un téléphone portable ou une tablette à la main.

Un an après l’annonce par le ministre en charge du numérique, ici même lors de la première journée sur ce thème, d’un ambitieux déploiement de la E-administration, les résultats semblent concluants.

Dans quelques minutes, nous allons vous présenter le virage numérique pris par l’administration de la Polynésie française.

Ainsi vous allez découvrir :

. Tout d’abord un cadre juridique qui permet de garantir la fiabilité dans l’utilisation de ces outils des temps modernes. Cette fiabilité du monde numérique est indispensable pour permettre le commerce, les échanges et la croissance, en instaurant la confiance des usagers.

 

La sécurité informatique y a été intégrée. C’est un élément fondamental pour initier et maintenir cette confiance. Elle passe par la protection accrue des données, notamment celle des données personnelles que les administrés nous confient.

Un groupe de travail interministériel a travaillé pendant plus d’un an sur la dématérialisation des actes et procédures dans le cadre des échanges électroniques en Polynésie française. Le travail fourni par ce groupe a été extrêmement riche et fructueux, avec une implication sans faille de notre secrétaire général du gouvernement sur ce chantier.

Ce texte sera soumis à l’Assemblée de la Polynésie française avant la fin de l’année.

. Ensuite un outil : Net.pf. Net.pf est un outil semblable à ceux des acteurs majeurs de l'Internet, des réseaux sociaux et de l'informatique. Net.pf offre un accès unique, sur une page simple, rapide et hyper accessible.

Il est doté d’un puissant moteur recherche, d'une interface de dialogue et d'une présentation de l'administration résolument orientée vers l’utilisateur.

Basé sur un travail collaboratif, et par une approche organisationnelle et technique moderne, ce projet a su réunir les compétences, la perspicacité et parfois même l’audace d’hommes et de femmes de notre service public pour ausculter les véritables attentes légitimes des utilisateurs et y répondre.

Net.pf est construit autour d’un moteur de recherche élaboré par des équipes de codeurs 100% polynésiennes.

Ainsi, le portail de l’administration polynésienne est enfin une réalité. Mais ce n’est qu’un départ. Il va maintenant s’auto améliorer, être complété de toujours plus d’informations, puis de tutoriels vidéo sur les démarches, et s’enrichir de télé-services pour être toujours plus accessible au citoyen et plus simple d’utilisation.

. Cette journée est aussi l’opportunité pour nous de découvrir I_MATA, TURAMA, SAV, PARAOA et OTIA, les 5 premiers télé-services de notre administration.

Enfin nous allons pouvoir faire nos démarches à distance !

A cette occasion, vingt Polynésiensont été formés sur des technologies de développements modernes mais aussi sur les méthodes dites « agiles » pour participer activement au déploiement de l’E-administration.

Et ce n’est qu’un début ! Le télé service de la déclaration de la TVA, tant espéré par les entreprises, est en cours. Plus d’une centaine de démarches en ligne ont déjà été identifiées par les services.

Le chantier est gigantesque ! Outre les compétences de l’administration, il nous faudra aussi favoriser l’émergence de véritables « startup du pays » pour déployer toutes les potentialités.

Suivrons la présentation des actions innovantes telles TI’ARAMA, la base de données sur le droit du travail de la Polynésie française, et encore les évolutions de LEXPOL, le site d’accès polynésien au droit, pour ne citer qu’eux.

Les autres intervenants ne m’en voudront pas d’arrêter ici l’annonce des innovations afin de ne pas lasser l’auditoire. Je suis sûr que vous avez hâte de vite les faire découvrir ! J’en profite pour vous remercier pour votre mobilisation aujourd’hui.

Avant de conclure, je tiens particulièrement à mettre en avant une organisation majeure cette année : en ce moment même, des présentations d’innovation publiques se tiennent à Uturoa, à Raiatea dans les Iles-sous-le-Vent, à Taiohae à Nuku Hiva, dans l’archipel des Marquises, à Otepa sur l’atoll de Hao, dans l’archipel des Tuamotu Gambier et à Mataura, à Tubuai, dans l’archipel des Australes.

 

Cette ouverture vers les autres archipels, en simultané avec Tahiti, est remarquable sur le plan de la technologie et de l’organisation administrative. Et en même temps, ce n’est que justice au regard de l’égalité des territoires, principe qui m’est cher et qui garantit la cohérence et la force de notre Pays.

Comme nous allons le voir aujourd’hui, l’implication, le partage, l’esprit d’équipe, la créativité et au final… l’esprit d’innovation, sont les facteurs clé de réussite de ces projets. Tout cela au service de nos citoyens de nos 5 archipels.

 

 

Permettez-moi de suggérer à notre administration, un autre chantier d’innovation qui est hautement compatible avec l’innovation numérique. Il s’agit d’innover pour la simplification de nos textes et règlements. Cette simplification règlementaire simplifiera également nos e-services administratifs.  

Je vous souhaite une bonne et fructueuse journée polynésienne de l’innovation publique.

Mauruuru.

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles