DISCOURS

Allocution du Président Edouard Fritch

Restitution des travaux du Plan Climat Energie

de la Polynésie française

Mercredi 23 septembre 2015

 

 

Monsieur le Haut-Commissaire de la République ;

Monsieur le Secrétaire Genéral Adjoint ;

Monsieur le représentant de l’ADEME ;

Mesdames, messieurs les représentants de l’APF ;

Mesdames, messieurs les  représentants du CESC ;

Mesdames, messieurs les maires ;

Monsieur le Vice-Président, Sénateur ;

Mesdames, messieurs les ministres ;

Mesdames, messieurs les directeurs d’établissement publics ;

Mesdames, messieurs, les chefs de service ;

Mesdames, messieurs ;

 

Bonjour et bienvenue.

 

Je suis très heureux de vous accueillir aujourd’hui à la restitution des travaux du Plan climat énergie de la Polynésie française.

Je vous remercie de votre présence nombreuse, signe de votre soutien à notre engagement dans la lutte contre le changement climatique, et marque de notre volonté de construire, ensemble, une Polynésie française sobre et résiliente.

Permettez-moi donc de réitérer mes remerciements à l’Etat pour son accompagnement technique et financier, particulièrement au travers de l’ADEME, dans le déploiement de nos actions de lutte contre le changement climatique.

 

Je vous remercie vous tous ici présents, sans qui ce beau travail n’aurait pas pu être réalisé.

Ce petit livret est l’aboutissement de plusieurs mois de travail, le fruit d’un travail collaboratif de tous autant que vous êtes. Aussi, je vous en félicite, vous avez su dépasser les clivages qui pouvaient exister : on n’est pas du même service, on n’est pas du même corps, du même organisme, de la même fonction publique et je ne sais quoi d’autre encore.

Ce petit livret est bien la preuve que nous pouvons unir nos forces, nos idées, nos pensées pour aboutir à un objectif unique.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de le dire : à l’échelle du « ce n’est pas beaucoup… notre petit Pays…d’étendue si vaste », la modeste performance de la Polynésie française au palmarès des émissions de gaz à effet de serre, 3,4 tonnes par habitant à l’année ; excède pourtant du double les préconisations garantes d’un avenir climatique maîtrisé. Nous devons donc nous aussi, nous réveiller afin de contenir les risques et angoisses à venir.

Aujourd’hui, nous ne pouvons plus ignorer le contexte climatique, nous ne pouvons plus dire « …nous ne sommes pas responsables …». Nous sommes tous responsables du changement et des attitudes indispensables à l’harmonie de notre beau Fenua. Il est du devoir, de tous et de chacun d’agir pour la préservation des conditions de vie de nos héritiers.

Rappelons-le, lors du dernier sommet sur le climat, les scientifiques du GIEC ont réitéré aux gouvernements leurs incitations à des actions rapides, significatives et massives afin de ramener la Terre sur une trajectoire climatique vertueuse, seule voie assurant d’éviter des scénarii climatiques aventureux.

La Polynésie française, comme de nombreux autres pays ultra-marins et océaniens, connaît des problématiques énergétiques complexes de part son insularité et sa vaste étendue. Trop dépendante des énergies fossiles elle reste très émettrice de gaz à effet de serre.

 

Notre situation géographique et géomorphologique nous expose sensiblement à la hausse du niveau de la mer, de sa température, de son acidité, ainsi qu’à l’intensification probable des cyclones et aux changements hétérogènes des régimes de précipitations.

Œuvrer au maintien du réchauffement climatique en deçà de  2°C à l’horizon 2100, implique que la Polynésie française réduise rapidement ses émissions de gaz à effet de serre de moitié, c’est-à-dire mettre en œuvre une stratégie et des moyens pour les contenir à 1,8 T/ habitant et an.

La singularité et la fragilité des patrimoines naturels et culturels de la Polynésie française méritent de tels efforts pour assurer leur préservation.

Mais, ce que je vois ici, aujourd’hui m’indique que vous avez pris la mesure de l’ampleur du phénomène.

D’une seule voix, vous avez réussi à élaborer un plan d’actions transversal et cohérent, articulant résultats et recherches nécessaires afin d’inscrire les ambitions de la Polynésie française confrontée au changement climatique, sur des perspectives concrétisables.

C’est pourquoi, je serai heureux de porter la contribution de la Polynésie française à la COP 21.

A toutes et à tous, je vous remercie de votre attention et vous laisse découvrir le Plan Climat Énergie  sans plus attendre.

 

Maururu.

 

 

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles

 

-www.net.pf

 

-www.innovation-publique.pf