DISCOURS

 

Mercredi 27 mai 2015

Intervention du président Edouard FRITCH

Remaniement ministériel

 

 

 

 

Comme je l’avais laissé entendre il y a une quinzaine de jours, j’ai décidé de procéder ce matin à un remaniement ministériel.

 

Ce remaniement est caractérisé essentiellement par l’entrée de Teva Rohfritsch au gouvernement, ce qui ne constitue pas une surprise.

 

L’arrivée de Teva vient concrétiser le soutien de A Tia Porinetia qui, vous vous le rappelez, a voté en faveur de ma candidature à la présidence en septembre dernier.

 

C’est aussi une manière de consolider notre volonté commune  de travailler ensemble pour notre Pays et pour laquelle nous avions franchi une nouvelle étape lors de l’ouverture de la session administrative de l’assemblée avec le renouvellement des commissions législatives.

 

A Tia Porinetia a émis de longue date le souhait de travailler avec le gouvernement dans le sens de l’intérêt général. Aujourd’hui, nous avons donc décidé de franchir une étape supplémentaire.

 

Je disais que l’entrée au gouvernement de Teva ne constitue une surprise pour personne, d’autant que Gaston Flosse l’avait lui-même annoncée comme faisant partie d’un accord secret entre ATP et moi-même.

 

Je souhaite préciser que, formellement, il n’y a aucun accord, aucun pacte public ou secret comme le Tahoeraa a pu en passer à certaines époques. Il y a juste une volonté commune de gens qui veulent faire avancer notre pays. Les élus ATP, les élus Tapura et nous-mêmes, nous faisons partie de la même famille politique et nous avons tous l’ambition commune de servir les intérêts de la population.

 

Il faut bien comprendre qu’en mai 2013, il y avait une majorité absolue à l’assemblée, portée par le Tahoeraa Huiraatira. Mais depuis septembre dernier, depuis que je suis président, la donne a changé. Je ne suis plus soutenu par le groupe avec lequel j’ai été élu.

 

Alors bien sûr, on va me dire que le Tahoeraa ne m’a jamais empêché de travailler, qu’il a voté le budget, qu’il a voté la convention RSPF.

 

Personne n’est dupe. Mon groupe a tenté de me mettre en difficulté à plusieurs reprises, et notamment sur ces deux dossiers. Et c’est bien parce que le président du Tahoeraa n’a pas pu réunir cette majorité pour me contrer que nous en sommes arrivés à cette situation, à ces incompréhensions, à ces dissensions au sein de la famille Tahoeraa et aux exclusions qui se sont mises en œuvre depuis un certain temps.

 

Aujourd’hui, la question que vous vous posez, c’est celle que se pose également la population : sur quelle majorité le gouvernement peut-il s’appuyer ?

 

C’est vrai qu’il n’est pas besoin de sortir de maths sup pour constater que les 15 représentants Tapura Huiraatira qui soutiennent le gouvernement, auxquels s’ajoutent les 8 représentants ATP qui nous soutiennent également depuis le début, ça ne fait que 23 et non les 29 requis pour faire une majorité.

 

Alors, est-ce qu’on peut travailler comme ça ou bien est-ce que nous sommes retombés dans la spirale paralysante de l’instabilité ?

 

Pour moi, et je l’ai déjà dit, je compte sur une majorité de bonnes volontés. Elle s’est d’ailleurs déjà exprimée lors du vote de la convention RSPF.

 

Il y a certes d’un côté un groupe sous l’emprise d’une personne qui visiblement aujourd’hui veut entraver la bonne marche de la Polynésie, mais de l’autre côté il y a trois autres groupes : le Tapura Huiraatira, A Tia Porinetia mais également l’UPLD qui, sans former une majorité politique au sens strict du terme, forment une majorité pour l’intérêt général.

 

Je veux d’ailleurs remercier Oscar Temaru et les élus de l’UPLD qui ont choisi ce camp de l’intérêt général et qui refusent d’alimenter l’instabilité. Tout le monde a bien compris, je crois, quel était le message de la population qui ne veut plus de joutes politiques stériles, de défense des intérêts particuliers, mais qui veut que notre pays retrouve la voie de la sérénité et du progrès.

 

J’ai confiance dans cette capacité commune à œuvrer pour le bien commun.

 

Maintenant, je sais que vous avez une autre question sur ce remaniement. Est-ce que René Temeharo et Frédéric Riveta vont quitter le gouvernement pour rejoindre les bancs de l’assemblée et conforter le groupe qui nous soutient ?

 

La réponse est non, en tout cas pour le moment. René et Frédéric ont toujours été à mes côtés, j’ai confiance en eux et ils sont utiles dans leurs fonctions ministérielles. Par contre, je sais aussi, puisque nous en avons parlé, que s’il fallait qu’ils quittent le gouvernement pour préserver l’intérêt général, ils n’auraient aucune hésitation.

 

Pour l’heure, je ne pense pas qu’il soit nécessaire de procéder à cette opération. J’ai confiance dans le fait que d’autres élus de l’assemblée viendront prochainement nous rejoindre parce qu’ils ont compris que de s’inscrire dans l’opposition systématique pour satisfaire une personne c’est se mettre dans une impasse politique qui ne sera pas comprise, ni par les militants, ni par les électeurs.

 

Je crois que la machine à exclure, le repliement sur soi-même dans un phénomène sectaire produira les effets inverses à ceux qui sont attendus.

 

Nous allons donc attendre encore un peu pour laisser à nos amis du Tahoeraa le temps de réfléchir, mais je le dis clairement, le temps venu s’il faut faire redescendre des ministres à l’assemblée pour conforter notre majorité, je n’aurai aucun état d’âme.

 

Ce que je souhaite, comme c’est le souhait de la population, c’est que nous allions au bout de ce mandat dans la stabilité politique. Et si je dois dans quelques semaines demander à certains ministres de quitter le gouvernement, ce ne sera que dans cet objectif. Mais encore une fois, j’ai confiance dans le fait que nous ne soyons pas contraints d’arriver à cette extrémité.

 

***

 

Maintenant nous allons parler un peu de l’arrivée de Teva Rohfrischt au gouvernement.

 

J’ai décidé de lui confier un portefeuille important. Non pas parce qu’il s’est montré « gourmand » comme j’ai pu le lire, mais parce que c’est une personne de valeur qui a eu à plusieurs reprises l’occasion de montrer ses capacités et sa force de travail (et pour vous dire qu’il est bon, c’est Gaston Flosse qui l’a repéré !).

 

J’ai donc décidé de lui confier des portefeuilles ministériels où il a déjà eu l’occasion de s’exprimer avec succès et pour lesquels il a une expertise certaine: l’économie, le numérique, l’économie bleue, c’est-à-dire les secteurs en lien avec la mer, et enfin la promotion des investissements.

 

C’est un portefeuille cohérent axé sur le développement économique de notre pays.

 

Je me suis concerté avec l’ensemble du gouvernement sur ces attributions puisque, bien sûr, elles viennent modifier l’architecture actuelle.

 

Vous verrez également sur la liste qui va vous être distribuée que nous avons procédé à quelques autres modifications dans la répartition de certains secteurs ministériels.

 

Je vous remercie et nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions.

 

 

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles

 

-www.net.pf

 

-www.innovation-publique.pf