DISCOURS

 

Discours de Monsieur Edouard Fritch

Président de la Polynésie française

 

 

Comité de Pilotage

Expertise collégiale internationale sur les ressources minérales subaquatiques en Polynésie française

 

 

 

Monsieur le Haut-Commissaire de la République française

 

Madame et Monsieur les Ministres

 

Mesdames et Messieurs

 

 

La zone économique exclusive (ZEE) de Polynésie française,  est le deuxième domaine maritime du Pacifique Sud, après l’Australie, et représente un peu plus de 47 % des ZEE françaises. Les piliers traditionnels de l’économie polynésienne (tourisme, perliculture et pêche) reposent d’ores et déjà sur l’océan. Aujourd’hui, ce dernier nous offre de nouvelles perspectives économiques grâce au réservoir potentiel de ressources minérales qu’il détient.

 

Il convient de rappeler que ces ressources minérales dites  « stratégiques » représentent aujourd’hui un enjeu de haute importance pour le développement des économies industrielles avancées, dans un contexte de compétition internationale accrue et de pression sur la ressource.

 

Depuis quelques années se sont succédées les campagnes scientifiques pour le plus grand intérêt des minéraliers. Ainsi ont été détectés : nodules polymétalliques, encroûtements polymétalliques (cobaltifères, notamment) et les boues métallifères riches notamment en terres rares… Autant de ressources qui sont susceptibles de faire l’objet d’exploitations à moyen ou long terme et entretiennent l’espoir d’un nouveau souffle pour notre économie.

 

Il faut cependant savoir raison garder et bien comprendre que les conditions d’une possible exploitation de ces ressources sont dans l’ensemble mal connues et, pour l’essentiel, à anticiper.

 

C’est pour cela que le Pays a tenu à diligenter une expertise collégiale, pluridisciplinaire et internationale, sur les conditions d’exploitation des ressources minérales sub-océaniques dans sa ZEE. Je remercie l’Etat de nous avoir accompagnés dans cette démarche.

 

Notre exigence était que le partenariat scientifique pour accomplir ce long travail soit assuré par un organisme reconnu pour des travaux similaires. A ce jour, l’IRD peut se targuer d’avoir effectué 13 expertises collégiales et nous a déjà démontré le rôle majeur qu’est le sien en Polynésie française grâce à ses travaux sur la valorisation de nos substances naturelles.

 

Le travail entrepris par l’IRD permettra au gouvernement de la Polynésie française de se doter : 

 

- d’un état exhaustif des connaissances issues des campagnes d’exploration des ressources minérales des fonds océaniques dans sa ZEE.

 

- d’un état des lieux des avancées les plus récentes portant sur les connaissances, protocoles et méthodes, technologies, impacts associés, concernant la prospection et l’exploitation des ressources minérales sub-océaniques dans le Pacifique et, pour une perspective comparée, autant que possible au plan international ;

 

- d’une feuille de route exploratoire permettant d’appréhender de manière complète les enjeux relatifs à l’exploitation de ces ressources à moyen et long terme (cartographie, sites pilote, investissements, filière de transformation, retombées locales, risques), et de préfigurer, le cas échéant, l’élaboration d’un Schéma directeur d’exploitation durable des ressources minérales sub-océaniques en Polynésie française.

 

Les résultats attendus de cette expertise revêtent une importance capitale pour la Polynésie française. D’abord parce qu’ils nous permettront de disposer d’une synthèse des informations scientifiquement validées et d’une perspective internationale comparée ; ensuite parce que nous disposerons des recommandations susceptibles de conduire à l’élaboration d’un Schéma directeur d’exploitation durable des ressources minérales sub-océaniques en Polynésie française.

 

C’est ainsi que nous pourrons envisager les conditions d’une exploitation durable des ressources minérales sub-océaniques en Polynésie française ;

 

Tout comme le gouvernement s’attache aujourd’hui à satisfaire à l’urgence de notre relance économique, pour trouver des solutions immédiates aux besoins d’emploi et d’activité de notre population, de nos jeunes en particulier, il prépare et souhaite anticiper, avec ces travaux, le futur de notre développement.

 

Je vous souhaite donc la bienvenue à ce comité de pilotage que j’ai l’honneur de co-présider avec Monsieur le Haut –Commissaire. J’attends de cette rencontre qu’elle nous permette de nous enquérir de l’avancement des travaux du collège des experts, de produire des observations à son attention et de préparer les conditions de la bonne appropriation des résultats de l’expertise.

 

Je vous remercie de votre participation.

 

Mauruuru

  

 

Gouvernement Fritch sept. 2014 - jan. 2017

Liens utiles

 

-www.net.pf

 

-www.innovation-publique.pf