Edouard Fritch élu Président de la Polynésie française

2018-05-24T18:31:37+00:0018 mai 2018|

Les représentants à l’Assemblée ont été appelés, vendredi matin, à élire parmi leurs membres le Président de la Polynésie française.Edouard Fritch a ainsi été élu Président du Pays avec 39 voix sur les 57 membres de l’Assemblée de la Polynésie française.

Outre Edouard Fritch, président-sortant et candidat de la majorité TapuraHuiraatirasiégeant à l’Assemblée de la Polynésie française, étaient également candidats Geffry Salmon pour le Tahoeraahuiraatira et Oscar Temaru pour le Tavinihuiraatira. Avant de procéder au vote, les candidats ont successivement présenté leur discours de candidature aux membres de l’Assemblée de la Polynésie française, dans lequel ils ont principalement exposé les grandes orientations de leur programme.

Edouard Fritch atout d’abord évoqué l’importance du pouvoir délibératif de la troisième institution du Pays, l’Assemblée de la Polynésie française, puisque cette dernière vote, en son hémicycle, les textes qui établissentla base sur laquelle s’organisent la société et la vie des citoyens. Ces textes doivent notamment améliorer, simplifier et dynamiser la vie des Polynésiens, ce qui est, notamment, un des grands axes du programme du TapuraHuiraatira.

« Nous avons centré notre campagne sur les solutions à apporter : aux difficultés quotidiennes des familles, aux difficultés des citoyens, en particulier ceux des archipels, face aux administrations, et au renforcement du développement économique », a mis en exergue Edouard Fritch. Il a également souligné qu’il partageait les mêmes constats sociétaux auxquels sont confrontées les familles polynésiennes, notamment en ce qui concerne le chômage, les problèmes de logement, l’échec scolaire, l’alcoolisme, la drogue, les violences familiales, la délinquance et la perte de repères.

Face à ces constats, Edouard Fritch a mis en exergue les mesures qui seront mises en œuvre telles que la création d’un Centre d’hébergement et de réinsertion sociale principalement destiné aux SDF, un couvre-feu pour les enfants et les jeunes adolescents, la construction d’établissements d’hébergement pour personnes âgées ou dépendantes, et un soutien aux associations d’insertion sociale et professionnelle.

Il a notamment annoncé qu’un soutiensera apporté aux programmes d’éducation à la parentalité, et qu’un ministère sera spécialement dédié à ce programme. En outre, un vaste plan de modernisation et d’amélioration des conditions de vie des enfants scolarisés est également prévu.

La modernisation du Pays a également été évoquée par le Président, ainsi que la nécessité de rapprocher l’administration des citoyens en simplifiant des démarches administratives, à travers la digitalisation de l’administration. La transition énergétique et environnementale du Pays sont aussi été au cœur des actions qui seront menées. En outre, il a abordé la continuité territoriale qui doit être traitée en partenariat avec l’Etat, au regard de la Loi Egalité Réelle Outre-Mer et de l’Accord de l’Elysée.

Edouard Fritch a, par ailleurs, mis en exergue les grandes lignes du programme en matière de développement économique grâce aux atouts que possède la Polynésie française, et qui permettent de fonder la création de richesses sur le tourisme et l’économie bleue, et ce d’une façon durable afin que les générations futures puissent en bénéficier. Il a évoqué le projet Tahitian Village dont la capacité de 1550 clés, permettra l’accueil de plus de 350 000 touristes avant la fin de la mandature, ainsi que le projet d’aéroport de dégagement sur Rangiroa.

Concernant l’économie verte, et dans l’objectif d’une plus grande autonomie alimentaire, une politique volontariste d’accroissement de productions maraichères, vivrières et fruitières locales, sera également mise en place.

Edouard Fritch a aussi insisté sur l’importance du processus de réforme concernant différents chantiers lancé depuis trois ans. « Nous avons lancé la mise en place de plusieurs schémas directeurs, dans les secteurs de la santé, du tourisme, des transports interinsulaires, de l’éducation, de la perliculture, de la pêche, de l’indivision et du tribunal foncier, de la transition énergétique, de l’environnement et du plan numérique. Vous voyez que cela fait beaucoup de chantiers lancés, parce qu’indispensables », a-t-ildéclaré. Il a relevé parmi les réformes urgentes et indispensables celles de la protection sociale généralisée, du secteur de l’énergie, de l’environnement avec les obligations de traiter les eaux usées et les déchets.

Enfin, il a, de nouveau appelé, tous les élus, de quelque parti qu’ils soient, au rassemblement pour, relever ensemble le Pays et travailler pour le bien commun et l’intérêt général. « Je voudrais que tous les Polynésiens se sentent bien chez eux. Qu’ils aient le sentiment d’avoir une place chez eux, dans notre pays. C’est ce que je veux partager avec tous les décideurs économiques et sociaux de notre pays », a conclu Edouard Fritch.