Discours du Président de la Polynésie française lors du déjeuner en l’honneur des présidents d’association œuvrant dans le domaine du handicap

2018-12-17T16:44:58+00:0017 décembre 2018|

Déjeuner en l’honneur des présidents d’association œuvrant dans le domaine du handicap
Discours du Président de la Polynésie française

Chers présidents d’associations,

Chers amis,

Tout d’abord, je voulais vous dire tout le plaisir que nous avons, mes ministres, la déléguée interministérielle au handicap, mon épouse et moi-même, de vous accueillir aujourd’hui parmi nous.

La Polynésie française est riche de sa diversité, de ses savoir-faire, et de ses nombreux talents, et il nous appartient de tout mettre en œuvre pour permettre à chacun de trouver sa place.

C’est pourquoi votre place aujourd’hui est aussi ici, parmi nous.

Acteurs de la solidarité, défenseurs des droits des personnes extraordinaires, vos actions concrètes bénéficient à tous les citoyens et à de nombreuses familles du Fenua.

Votre engagement nous rappelle à chaque instant que le handicap n’altère en rien la volonté d’un individu à se faire une place dans la société.

C’est pourquoi j’ai souhaité vous réunir aujourd’hui afin de vous dire, tout d’abord MERCI. Merci pour le travail sacerdotal que vous réalisez pour venir en soutien de nos handicapés. Ensuite, pour vous dire que notre feuille de route pour l’année 2019 ne se fera pas sans vous.

Je sais l’impatience que vous avez à voir aboutir les projets règlementaires qui ont été entamés, voire finalisés dans certains domaines.

Votre ministre des solidarités est à votre écoute et je sais qu’elle vous accordera toute l’attention que vous méritez.

Comme vous le savez, j’ai également nommé une Déléguée interministérielle afin de rappeler à chaque ministère, y compris à la présidence, de la nécessité de prendre en compte le paramètre du handicap dans nos décisions. Elle est en quelque sorte le défenseur institutionnel des handicapés.

Mais, je veux préciser, afin d’éviter tout malentendu ou toute ambiguïté, qu’elle ne vient pas se substituer à la ministre des solidarités qui a pour rôle, comme tout ministre, de faire des propositions et de gérer votre secteur.

Dans cet esprit, la déléguée interministérielle est libre de proposer à tout le gouvernement, de discuter avec tous les ministres sur les mesures qui pourraient mieux inclure les handicapés dans la vie de notre société polynésienne. A ce titre, elle est une interlocutrice privilégiée pour chacune de vos associations. Elle peut vous éclairer sur la pertinence, faisabilité ou la viabilité de telle ou telle idée avant de la soumettre au gouvernement via le ministère des solidarités. C’est ensemble qu’elles oeuvrent pour votre cause.

Si j’ai accepté de nommer une déléguée interministérielle, ce n’est pas uniquement pour faire plaisir à mon amie Henriette Kamia, mais c’est pour donner un coup de pouce à l’idée que la société polynésienne soit plus inclusive, plus soucieuse des difficultés des handicapés.

C’est notre défi commun. La voie est ouverte et nous avons encore beaucoup à faire.

Notre projet de société plus inclusive se déploie progressivement à travers la prise en compte du handicap dans l’ensemble des politiques publiques que nous portons depuis 2014 : les réformes structurelles dans le domaines médico-social et au niveau de l’insertion professionnelle pour un service public plus efficient, l’inclusion de mesures spécifiques dans la charte de l’éducation, l’extension de l’obligation d’emploi au secteur public, les aides à l’aménagement y compris pour les pensions de familles, la délégation de service public pour le transport,  une fiscalité préférentielle pour soutenir l’adaptation des logements, l’exonération de taxes pour les biens importés en faveur de personnes handicapées, …

Autant de mesures qui contribuent à rassurer les handicapés. Mais, je suis conscient qu’il faut agir encore d’avantage pour répondre d’une manière satisfaisante aux besoins de tous.

Vous savez la détermination de ce gouvernement, vous savez ma détermination qui est sans faille.

La semaine dernière, au cours du séminaire gouvernemental, la ministre des solidarités a présenté au gouvernement l’esquisse da la mesure permettant le cumul d’un revenu salarié et de l’allocation handicapée. De même, nous ferons évoluer la règlementation qui dispensera les handicaps non évolutifs à ne plus renouveler leur dossier handicap auprès de notre administration. Le transport public gratuit des handicapés sera également mis en oeuvre en 2019.

Aussi, 2019 marquera une nouvelle vague d’actions concrètes visant à simplifier la vie quotidienne des personnes extraordinaires afin que personne ne renonce à ses droits parce que les démarches administratives sont compliquées.

Nous avons une responsabilité collective dans ce domaine et votre rôle est essentiel dans ce travail de maillage.

C’est le défi qu’il nous incombe de relever ensemble afin d’édifier une société plus juste, plus moderne, où il fait bon vivre et où tout le monde peut exprimer son plein potentiel, afin de participer activement à la vie en société.

Je vous remercie